La cosmogonie de Jacob Boehme
Sophia ou le mystère de l’androgynat primordial
vendredi 16 novembre 2007

par Célestin Valois


Cet article s’inscrit dans le cadre d’une vaste étude intitulée "Balzac et le Martinisme". Pour en consulter le plan. Pour revenir à la page précédente...

Au commencement, l’homme virginal Adam Kadmon n’était ni homme ni femme. Il n’était pas non plus la réunion des deux, l’androgyne n’est pas l’hermaphrodite. L’état de l’homme virginal précède la séparation des sexes, conséquence de la chute.

Cet être humain d’avant la chute est l’archétype conçu dans la pensée de Dieu. Homme éternel.

Cette émanation de la pensée de Dieu est l’Eternelle Sagesse SOPHIA. La Sagesse est le corps de Dieu Absolu et Inconnu, sa Manifestation. C’est aussi la forme humaine parfaite telle qu’elle a été conçue à l’origine quand le Dieu Inconnu est sorti de sa solitude infinie. Dieu ne peut être connu qu’à travers son image, la Sagesse.

La cosmogonie hindoue explique parallèlement que lorsque le Dieu Brahman se manifeste, il devient Ishwara, le Seigneur, l’Etre et Shakti, l’Energie, le Mouvement et le Devenir.

De même, le Dieu de Boehme est un Dieu en Devenir dans la mesure où il se manifeste.

La manifestation suppose dualité, Dieu se regarde dans sa création et prend conscience de lui-même en devenant Créateur et Créature.

Pour se manifester, le Dieu prend un corps, le corps de SOPHIA qui est la Nature Primordiale, c’est l’âme universelle qui est la mère de toutes les âmes individuelles. En vérité, il n’y a qu’une seule âme collective.

La perfection qui veut manifester le Créateur se vêt d’un corps, l’élément-matière pure et pur véhicule de l’âme.

Dans le monde céleste, qui est le premier monde émané avec la création des anges, elle crée les corps célestes.

Ces corps ont été créés par une dualité, préfigurant celle des sexes, de deux contraires qui d’abord se sont affrontés et ensuite unis, toute création supposant la rupture de l’unité primordiale. Lucifer quitte la sagesse qui est l’union des contraires. Il perd son corps glorieux et se trouve projeté dans la matière. Il devient le Prince de ce monde.

Dans le monde matériel, l’élément perd son caractère d’unicité et obéit à la loi quaternaire pour donner les quatre éléments que nous connaissons. Le 4 est le symbole de la loi de la matière. Dieu doit manifester la pleine expression de son image à travers l’homme dont les anges préfiguraient la réalisation.

La sagesse prend la forme de l’homme terrestre. L’Adam Primordial manifeste une perfection plus grande que les anges, car il est à la fois céleste et homme terrestre.

L’ange est soit totalement céleste dans un corps de lumière, soit désincarné et à la recherche d’une incarnation possible dans la matière s’il a chuté, comme c’est le cas de Lucifer.

Les anges furent créés à l’issue d’une émanation septénaire dans la matière primordiale qui a vu se succéder les forces du feu obscur -le feu dévorant, la colère de Dieu- et les forces de la lumière symbolisée par Vénus, lumière qui est l’Amour de Dieu. Aussi, la création divine est la transmutation du feu en lumière, de la colère à l’amour. Le feu et l’eau ont donné naissance à la lumière, c’est une transmutation.

Lucifer qui veut forcer la création divine déchaîne les ténèbres emprisonnées dans son corps de lumière, il ne connaît alors que les ténèbres, de même qu’avant il ne connaissait que la lumière. Car c’est à l’homme de manifester la perfection par sa connaissance simultanée du bien et du mal et d’équilibrer les polarités. C’est pourquoi il naît homme terrestre et homme céleste, mais aussi homme et femme.

C’est pourquoi l’homme est "androgyne" dans son corps glorieux mais dès qu’il est créé dans la matière, il devient homme et femme.

Cette vision de Boehme élude-t-elle totalement l’interprétation exotérique de la chute de l’homme avec le péché originel, la connaissance du bien et du mal étant considérée comme le processus de dévoilement de Dieu à travers Sa créature dans Sa manifestation matérielle ? Pas totalement, car le libre arbitre laissé à sa créature ne rendait pas la chute de Lucifer inéluctable. De même, l’homme conserve sa propre responsabilité dans la condition qui lui est attribuée et a très bien pu, par sa faute, se couper des mondes spirituels qui devaient le guider dans son exil au sein de la matérialité. A cet égard, la doctrine de Martinez de Pasqually est plus explicite qui assure que l’homme avait une mission de régénération du monde matériel et qui explique comment la chute de Lucifer a dégradé la manifestation matérielle, et comment l’homme lui-même a été entraîné par le tentateur.

L’originalité de la pensée de Boehme réside surtout dans le fait que Dieu ne peut se manifester dans sa perfection que par l’intervention de ce qui n’est pas lui, c’est-à-dire le mal, qui est une condition tragique mais pourtant irréelle que sa créature doit rencontrer. Le péché de l’homme pour Boehme, c’est le rêve. Sa chute, c’est de rêver qu’il n’est pas Dieu. Nous retrouvons ici la notion hindouiste de Maya. Alors, quand il se réveillera, peut-être se verra-t’il Androgyne ? La seule chose qu’il ait à faire, comme dit Louis-Claude de Saint Martin, c’est de s’unir à la divine SOPHIA, la Sagesse. Et de réaliser la maxime nationale de nos cousins du Québec : "Je me souviens".

Alors peut-être naîtra-t-il dans un corps nouveau, lumineux et immortel, à l’image de la perfection divine.

"Pour la première fois, de bonne heure le matin, je me suis vue : mon corps. Je ne sais pas si c’est le corps supramental ou (comment dire ?) son corps de transition, mais j’avais un corps tout à fait nouveau en ce sens qu’il était insexué : ce n’était pas une femme et ce n’était pas un homme".(L’agenda de Mère. 24 mars 1972.)

Pour lire la suite de cette étude...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Célestin Valois

 

Les illustrations proviennent des sites :
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Jakob_Böhme
- http://hdelboy.club.fr/ripley_scrowle.html
- http://www.ocaiw.com/galleria_niah/gallery.php?lang=it&author=279&id=25

Cette page a déjà été visitée 4629 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Forum sur Jacob Boehme L’illumination du cordonnier La vie de Jacob Boehme Jacob Boehme et la naissance de Dieu La cosmogonie de Jacob Boehme

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

4 - Quatre
Les quatre éléments
Jeux de mots laids
Sous le signe du Cancer : quatrième jour
Les 13 desserts de Noël
Dialogue à Saint-Benoît-sur-Loire
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

7 - Sept
Les Sept Saints Fondateurs de la Bretagne
Libres méditations sur les quarante-quatre lumières de Hannoukah
Sous le signe de la Balance : septième jour
La Lune
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"

Adam (Adam Kadmon)
Jean-Pierre Bayard et la Tradition
La doctrine de Martinez de Pasqually
Le Jugement
Une vision de la société : la Théocratie
Voldemort et la Licorne

Air
Les plantes sur les sentiers 29 à 32 de l’Arbre de vie
Le règne végétal revêt pour l’être humain une importance vitale.
Les plantes sur les sentiers 24 à 28 de l’Arbre de vie
Mystérieuses météorites
Plantes régies par le Feu, l’Air, l’Eau et la Terre

Ame universelle - Ames individuelles

Androgyne
Les rédempteurs ou les rédemptrices
Séraphîta
Emmanuel Swedenborg

Anges
Mon expérience dans les Crops Circles...
Les trois messes de Noël
L’histoire du portail Nord de la cathédrale de Cahors
L’ange de Saint-Sulpice
Sous le regard de l’Ange de Tomar
A Lille, le vidéaste Bill Viola nous immerge dans sa vision mystique du "Passage du Temps".

Bien - Mal
Miyamoto Musashi
Le mythe de Rama (7)
Le mythe de Rama (4)
La Charité et l’Inconnu
La partie de dés (9)
Un Code moral pour un art du vivre ensemble

Boehme (Jacob)
L’illumination du cordonnier
Jacob Boehme et la naissance de Dieu
Recherche du langage angélique dans le pouvoir des mots
Balzac et le Martinisme : Avant propos
Qu’est-ce que la littérature ?

Brahmanisme

Chute
La Maison-Dieu
Le lion de Chamalières-sur-Loire
Vers une théorie de l’art - la musique

Corps glorieux (Corps subtil)
Douze Jours pour atteindre l’Etoile !
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Swami Premananda : choisir sa vie
...au salut des Mages !
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !

Cosmologie
Ecriture et tradition
De l’Unique vers le Banal ? !

Dieu
Louis-Claude de Saint-Martin
Sultan Valad
"La création est un respir de Dieu."
Thérèse de Lisieux : 1895
Jean-Pierre Bayard parle de la Franc-Maçonnerie et de l’Eglise
Comprendre l’humain, en regardant les témoignages de "6 milliards d’autres"
"Une Chapelle pour le roi"

Dieu - Création
"Le corps universel est le corps de Dieu lui-même"
Doctrine et œuvres de Maître Eckhart
"Chantez au Seigneur un chant nouveau"
Forum sur le symbolisme de l’Oeuf
"Ce que Dieu conçoit à votre sujet est important"

Esprit - Matière
Forum sur Louis-Claude de Saint Martin
"Silence..."
La vibration de la roche
"Le Coeur est Tout"
A la Sainte Catherine...

Exotérisme - Esotérisme

Feu
Sous le signe du Bélier : premier jour
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
Pierre Teilhard de Chardin
Plantes régies par le Feu
Les plantes sur les sentiers 19 à 23 de l’Arbre de vie

Hermaphrodite

Hindouisme
"L’Inde, pays de la lumière, de la connaissance"
Raymond Bernard : "ce village global, universel qu’il faut réaliser"
Rationalisation du mystère
Swami Premananda : être ou ne pas être...
Le Sri Yantra : une philosophie

Illusion (Maya)
La volonté et son utilisation démoniaque
Pratiques de méditation
Le mythe de Rama (5)
"Le monde est fait d’apparences."
"Pour la terre, un autre matin s’est levé..."

Ishwara

Lucifer
Lucifer, le porteur de Lumière
Sous le signe du Capricorne : dixième jour

Lumière
Du carbone au diamant
Les Aurores
La Pomme Bleue
Reflets
La lumière du Tribann
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !
Les lumières de Hannoukah vont briller du 2 au 9 décembre !

Martinez de Pasqually
Influences diverses - Le rôle des femmes
A propos du Martinisme
Louis-Claude de Saint Martin, le Philosophe Inconnu

Masculin - Féminin
La fontaine de Barenton
Vierges noires, Mère divine
Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie...
Balzac et le Martinisme : Conclusion
Le mythe de Rama (6)

Monde incréé - Monde manifesté
Maurice Zundel
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...
"Tout fut, est et demeure éternellement en Dieu."
Le Monde de Nulle Part
De Goa au Père-Lachaise

Réintégration
Saint André
La conférence du Mont-Saint-Michel
"Paix dans tous les mondes !"
La femme - L’homme et l’androgynat
L’Avent et le Sagittaire

Sagesse
De Panjim (Goa)
"Maitreya, le Bouddha futur"
Daniel Pons
Ibn Arabi
Une souris et le déclin de l’empire américain

Saint Martin (Louis-Claude de)
Le Maître Inconnu
Pierres sèches
L’amitié initiatique révèle le sens de la souffrance
L’Ordre Martiniste
Balzac et le Martinisme : Dédicaces

Shakti
Le rituel de l’Abishekam
La vie des Bâuls
Sadhinata et le Sri Yantra
Réaliser un Sri Yantra

Sophia (Sagesse)
La colère de Jonas
De la physiologie du mot à l’essence du verbe
La loi des polarités sexuelles et de la folie

Supramental
Le Supramental : une autre planète
"Méditation"

Terre (L’élément)
Oeuvrons pour le Printemps de la Planète !
Sous le signe du Taureau : deuxième jour

Terre - Ciel
Pour découvrir la suite...
Quand les pierres rencontrent le yoga...
L’histoire des Crops Circles
Thérèse de Lisieux : jusqu’à sa mort...

Transmutation
Lettre aux 65 youtubeurs d’#OnEstPret !
La Forge de l’existence
Saint Eloi


Il y a actuellement 6 contribution(s) au forum.


La cosmogonie de Jacob Boehme
8 avril 2018, par Anwen

L’auteur écrit : « La cosmogonie hindoue explique parallèlement que lorsque le Dieu Brahman se manifeste, il devient Ishwara, le Seigneur, l’Etre et Shakti, l’Energie, le Mouvement et le Devenir. »
Importance du mot « Ishwara » :
C’est de ce nom « Hébé » que l’on fait Heber, origine du nom générique des Hébreux, des Arabes et peut-être des Ibères ; si ces noms se retrouvent dans des régions si éloignées les unes des autres, c’est parce que, lorsque les peuples gynécocrates perdirent leur puissance et furent obligés de quitter leur pays d’origine, on donna au mot hébraïque (hebraikos en grec), qui les désignait toujours, une signification nouvelle, on le fit signifier « qui est déporté, qui vient d’au delà » ; et on précisait même, on disait « d’au delà du Gange ».
Ce nom d’Hébé (heve) se retrouve encore dans Hébel (Hebe-el) ou Habel (Habe-el) (l’article est mis après le nom), qui signifie « Esprit », et que nous voyons apparaître dans la seconde légende hébraïque de l’origine de l’humanité, celle de Caïn et Habel.
Quand les prêtres mutileront les Ecritures pour supprimer la Femme de l’histoire, l’humanité ne commencera plus que par des mâles.
Les luttes des Caïnites et des Habélites sont une des formes de la guerre des sexes, comme les luttes des Pandous et des Kourous aux Indes, celles des Titans et des Dieux chez les Grecs. Il ne s’agit pas de la lutte d’un homme contre un homme, mais d’un sexe contre l’autre.
Si les Hébreux sont des peuples gynécocratiques poursuivis et déportés, il n’est pas surprenant que le nom qui sert à les désigner, « Israël », ait aussi une signification féministe.
En effet, Israël vient du mot sanscrit Içwara (Ishwara), qui signifiait chez les Hindous « l’être qui prime sur les forts », ou bien « l’être en qui réside la puissance », la Maîtresse.
Comment de Içwara arriva-t-on à faire Israël ?
Rappelons d’abord que la racine Isha ou Aisha désigne la femme et sert à former les noms primitifs qui lui sont attribués.
Si nous décomposons Içwara, nous trouvons isha (femme) et vara (ciel). Le V devient U dans certaines langues où le ciel sera ura (d’où Uranie, Ouranos).
Chez les Egyptiens, on supprimera le V et on dira RA. Donc, en Egypte, Içwara devient Is-ra, auquel on ajoute el qui est un article qui se met après le nom.
Dans la suite des temps, les anciennes formes du mot Ish perdront leur H, ou plutôt c’est la lettre shin (ש) qui changera de prononciation. Suivant que cette lettre est surmontée d’un point à droite ou à gauche, elle se prononce sin ou shin.
Les Hébreux donnaient à la femme le nom de Isa et non plus celui de Aisha.
Lien : De l’israélisme au judaïsme
Cordialement.


Evolution dans le texte ou dans la sexe
1er décembre 2014

Des biologistes de Roscoff ont séquencé les chromosmes sexuels d’une algue brune.
www.espace-sciences.org/sciences-ou...
La science pense que la défférentiation sexuelle est apparue indépendemment chez les animaux, les végétaux et les algues ;( Suzanna M Coelho l’un des rapporteurs de la publication parue en septembre dernier.)
On date la différentiation sexuelle de 180 M d’année. Or selon la doctrine secrète cette séparation s’est faite il y a 18 M d’années en Lémurie à la fin de l’époque secondaire. à un zéro près.
jean-paul.barriere.pagesperso-orange.fr/divers/lalmurie.htm


La cosmogonie de Jacob Boehme
19 novembre 2007, par yokhanan

bonjour celestin-celestine
L’Androginat est un sujet passionant, d’ailleurs, il fait partie de mon blason : être androgyne couvert d’un aigle et les pieds sur un dragon...Lucifer en tant qu’ange déchu ou déçu ? n’existe pas, il est contenu dans la dualité de l’être s’incarnant, dans un sexe ou l’autre...les hormones influences la pensée, c’est une chose certaine que ce concept ( lucifer )dépend de la pensée... réfléchissons que seraient les pensée si aucune hormones ne venaient les stimuler ?!
A réfléchir sérieusement mon cher Célestin.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition