De la Naissance de l'Homme au salut des Mages


Cinquième jour

"Le Coeur est Tout"
dimanche 30 décembre 2007

par Jean Pion et Marciel


« Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur »
(Math 11,29)

Approchez vous. Sentez-vous battre mon cœur ? Il est là au cœur de ma poitrine, calme et discret. Il nous faut faire preuve d’une attention précise pour entendre ses battements si réguliers qu’ils nous paraissent inaudibles.

Aussitôt que nous prêtons attention à lui, une couleur est présente à notre esprit : rouge, rouge sang. Quelle merveilleuse prouesse accomplit le cœur recevant des poumons un sang pur et vivifié, immédiatement propulsé vers la tête et le corps tout entier en un lourd battement puissant suivi d’un repos prolongé. Puis un second battement plus léger, le sang ayant accompli son périple est renvoyé vers son origine pour se recharger, nouveau repos rapide avant un autre don à ce cycle parfait.

Qu’il s’arrête ? Et il en est vite fini de nos joies et nos peines. Un choc physique, une contrariété trop forte, il est alors tétanisé, il faut vite le soulager, lui apporter détente et réconfort. Mais alors, serait-il également sensible à des perceptions d’un autre ordre que celui propre au domaine musculaire ? Quel est ce lien subtil qui le fait battre plus vite à l’approche d’un moment attendu, à l’arrivée de la personne aimée, au regard entendu d’un désir partagé ?

Serait-il le siège de perceptions provenant d’un état différent de notre constitution physique, comme entouré d’un champ vibratoire, permanent, indispensable à la vie ; en quelque sorte animant nos cellules et maintenant le tout dans un échange constant telle l’âme personnalité, vraie créature humaine à l’image d’un dieu créateur. Ainsi, suivant les élans du cœur vers l’autre, complément de notre être, nous l’aimons, nous oubliant nous-même, et entrons en communion avec le « coeur centre » siège secret du véritable Amour révélateur de la lumière divine.

Le coeur contient tout, et tout palpite en lui, rien qui ne demeure en son sein ! Du petit caillou oublié dans un coin de jardin à la super nova, en passant par le cerveau embrumé d’une âme oubliée d’elle-même dans les méandres des bas fonds de la pensée, Maîtres sublimes et mouches se repaissant d’excréments, tout bat au rythme du coeur, tout s’enfante, se rêve, s’oublie et se souvient au creux de ce même coeur.

Centre sans extérieur, tu peux le chercher au bout du monde, courir chemins et rivières, ce que tu cherches ne te quitte pas, il est le chemin que tu empruntes, le pied qui s’y pose, le pèlerin que tu rencontres, le ciel sur ta tête et l’oeil qui le contemple.

Ami, ce coeur qui bat dans ton poitrail, qui bat au rythme infini de la vie la même pulsation que la plus lointaine étoile, que la terre qui te porte, que ce passant qui t’ignore et que tu crains, ce coeur de chair te rappelle ta demeure, d’où jamais tu ne partis, et dont le monde entier est le reflet.

Il se présente comme un soleil rayonnant, irradiant sa lumière royale dans le domaine, et chacun vénère sa bienveillante majesté. Mais en secret, il s’y trouve une merveilleuse grotte, sombre et chaude, calme et sereine, tu peux t’y reposer comme un petit enfant. Elle enfantera ton ressouvenir et dénudera ta conscience. Dans la sublime clarté de la nuit primordiale, sans quitter ta station originelle, tu pourras contempler les mondes infinis, les êtres sans nombre, tous palpiterons au même rythme que toi, au rythme sublime du coeur unique.

"Le Coeur est Tout"
(William Beckford)

Pour ajouter un commentaire à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Jean Pion

Marciel

- La photo de la rose a été prise par "Les Baladins de la Tradition".
- Le Sémataoui égyptien provient du site : http://www.africamaat.com/.


Cet article s’inscrit dans le cadre des "Enigmes du Sphinx" présentées du 26 décembre 2007 au 6 janvier 2008.
Pour revenir à la page de L’énigme du Cinquième Jour...

Cette page a déjà été visitée 2013 fois.


Jour précédent...

Voir tous les articles

Jour suivant...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

30 décembre
Sous le signe du Lion : cinquième jour

Beckford (William)
Forum général sur William Beckford
William Beckford à Fonthill
L’enfance de William Beckford
La famille Beckford à la Jamaïque
Souvenirs imaginaires de Maria Hamilton
Calendrier de la Tradition : Septembre !
William Beckford publié dans La Pléiade !

Cage thoracique (Poitrine)
La nuit la plus longue
Crise de foie
Le Mantra Yoga
Les Sept Saints Fondateurs de la Bretagne
Le Chiffre Quatre

Coeur, sang
Thérèse de Lisieux : 1895 et 1896
L’élégance du Compas
Ibn Arabi
Libres méditations sur les quarante-quatre lumières de Hannoukah
Les dix émanations ou Sephitoth
"A la découverte de l’ancien pèlerinage de saint Denis !"

Corps - Esprit
Swami Premananda : choisir sa vie
De la physiologie du mot à l’essence du verbe
Le voile d’Isis retombe sur le mystère brumeux
Swami Premananda : être ou ne pas être...
...au salut des Mages !
"Les guérisseurs, la foi, la science !" : un DVD à découvrir sans tarder !

Esprit - Matière
La doctrine de Saint Martin
Forum sur Louis-Claude de Saint Martin
"Silence..."
Vers une théorie de l’art - la musique
Balzac et le Martinisme : Conclusion

Evangile de Matthieu
"Qui…"
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
"Domine…"
"Venite, ……"
Sous le signe du Sagittaire : neuvième jour

Lion (Signe du)
Sous le signe du Verseau : onzième jour
Ombre et Lumière dans Harry Potter

Monde incréé - Monde manifesté
Les lingams venus d’en haut : un plan sur la comète...
La cosmogonie de Jacob Boehme
"Tout fut, est et demeure éternellement en Dieu."
De Goa au Père-Lachaise
Le Monde de Nulle Part

Poumons (Respiration)
Poumons, bras : une mystérieuse complicité...
24h de méditation pour la Terre (7h)
Souvenirs imaginaires de Lady Margaret Gordon
Pratiques de méditation
Sous le signe des Gémeaux : troisième jour

Tête
Le crâne de Longpont
Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier
Une vision de la société : la Théocratie
Panchakarma à Kannur
Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?

Unité
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
Raymond Bernard : "avec une ouverture d’esprit absolue"
Construire un pont ?
Beauté, où es-tu ?
Profane, sacré et connaissance
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !
"Une Chapelle pour le roi"


Il y a actuellement 4 contribution(s) au forum.


"Le Coeur est Tout"
23 mars 2009

"L’or n’a pas besoin de pierre philosophale mais le cuivre oui.Améliore toi.
Ce qui est vivant, fais le mourir : c’est ton corps.
Ce qui est mort, vivifie-le : c’est ton coeur." Rumi


"Le Coeur est Tout"
10 mars 2008, par Isha

Le coeur ! Oui le Centre, le point de Rencontre du MOI et du SOI, de Moi et de LUI
- qui un jour, hors du temps a créé ainsi le rythme du temps
- qui un jour loin du bruit, l’a fait vibrer d’un souffle, son souffle à LUI, souffle de vie
- qui lui a dit "bat" bat pour MOI qui t’ai donné ma VIE
- soit le centre de mon Centre

Fais y mûrir l’Amour afin que je puisse venir m’y contempler

Ainsi,
Je serai ton coeur et tu seras Mon Coeur



Site : Le Coeur est Tout

"Le Coeur est Tout"
5 mars 2008, par El Peregrino

Il est mon compagnon le confident idéal et sa palpitation dénonce une existence vigilante… Je lui parle souvent et quand je médite, je le sais présent, seul témoin attentif de ma recherche. Quel que soit le chemin que ma raison impose, il est toujours là infatigable pour aimer ou souffrir et ne me dites pas qu’IL n’est que matière ; un muscle uniforme pour tous les hommes…
C’est avec LUI que j’aime, c’est avec LUI que je découvre le beau quand la nature devient ma solitaire compagne… Alors tout peut devenir divin sans le nom d’un dieu et il est cet innommable cet indéfinissable simplicité. C’est LUI qui me fait entendre le silence de l’hiver, sentir les effluves du printemps ou la douceur d’un vent d’été. C’est lui encore qui palpite à la pensée nostalgie d’un corps nu caché dans les herbes et qui donne à l’âme une animalité sereine et passionnelle à la fois… C’est LUI qui aime, c’est LUI qui pleure, c’est LUI qui sait. Qu’IL se préserve d’une gangue d’indifférence pour que ma vie reste un chemin numineux…
Oui mon cœur tu es ELLE et LUI, merci de te faire entendre, avec toi je ne suis jamais seul…

Quand se révèle mon Bien-Aimé,

Avec quel oeil le vois-tu ?

Avec Son oeil, non le mien,

Car nul ne Le voit sauf Lui.

Ibn’Arabî


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2019 - Les Baladins de la Tradition