Le Chiffre Quatre
dimanche 21 janvier 2007

par Bayazid


Cet article fait partie d’un dossier intitulé : Le mystère d’une marque au "Quatre de Chiffre"
Pour revenir à la page précédente : Le motif central de la Marque

La symbolique du nombre peut-elle nous donner quelques indications ?

Je ne m’étendrai guère sur les significations du nombre quatre, tant je suis persuadé que c’est moins le nombre que le tracé du chiffre qui a amené les confréries de métiers, et les compagnonnages à l’utiliser. Il est clair que le nombre Quatre est le chiffre de l’accomplissement. Il est la volonté accomplie (le Verbe s’est fait Chair : pensons, toujours, à l’Evangile de Jean).

GIF - 91.4 ko
Traité d’architecture de Philibert De L’Orme

Cet accomplissement parfait de la création s’exprime de façon dynamique par tout ce qui rythme de façon cyclique, spatiale ou temporelle, le monde manifesté : les quatre points cardinaux, les quatre éléments, les quatre saisons. Ces notions sont familières aux compagnons « voyageurs » par excellence, et dont la demeure est, symboliquement, l’Univers.
Ce nombre quatre est un nombre terrien, celui de la matière maîtrisée. En cela, il n’est pas étrange de le voir dans des marques de métier, pour qui c’est par le travail qu’on accède au salut (« prie et travaille » préconisait Saint Benoît).
Mais la maîtrise d’un compagnon est matérielle et spirituelle tout en même temps. En refaisant chaque jour les gestes et les tracés selon les règles, il participe à l’harmonie de l’univers, il accomplit son élévation.

Abordons donc le Quatre de Chiffre dans son tracé.
Son origine remonte aux Compagnons Tailleurs de Pierre.

Nous avons peu de documents sur les organisations initiatiques de bâtisseurs au Moyen-Age, et sur leur géométrie « secrète » (dans le sens de sa dimension confidentielle, mais aussi ésotérique). Les premiers écrits sur ce sujet datent de la Renaissance.
Philibert De l’Orme y fait allusion dans le Livre II de son Traité d’Architecture paru en 1567, où l’on voit bien qu’il essaye de rassembler des éléments anciens de tradition orale.

Il l’exprime dans son préambule :
« Prologue en forme d’adversativement, ou il est traité de la première figure de Géométrie, qui sont deux lignes s’entrecroisant & faisant angles droits en forme du caractère de la croix, qui est le commencement pour faire toutes œuvres quelles qu’elles soient, & sans lequel caractère on ne sçauroit rien faire. »

À partir du XVe siècle, une documentation relativement abondante parvient sur la Bauhütte, organisation fédérant les loges de tailleurs de pierre du Saint Empire Romain Germanique [1]. Ces Loges de bâtisseurs avaient conçu un système cohérent de grilles de construction, appelés « réseaux », à la fois pour y inscrire la « marque d’honneur » de chaque Maître, mais aussi pour y transmettre un « savoir faire ».

GIF - 73.3 ko
Une marque au Quatre de Chiffre tracée au sein d’un réseau complexifié

Les réseaux employés par ces Compagnons tailleurs de pierre procèdent d’un principe graphique unique et simple : toute opération doit être menée par le seul recours au compas et à la règle à tracer. Quel que soit le degré de complexification et le type du réseau, toutes ses parties procèdent ainsi d’un acte primordial et d’une mesure unique.
Le Tracé de notre fameux « Quatre de Chiffre » fait partie de la construction de l’octogone, figure de base de la construction du « réseau », après le cercle et l’hexagone.

« Sur la base d’un diamètre quelconque du cercle, il faut tracer sa perpendiculaire au centre. Pour ce faire, la méthode la plus rigoureuse consiste à élever à l’aide du compas, dont on aura modifié l’ouverture, deux arcs de cercles de rayon égal à ce diamètre à partir de chacune de ses extrémités. Les points d’intersections de ces arcs de cercles définissent la perpendiculaire recherchée. Les intersections de celle-ci avec la circonférence du cercle initial donnent les sommets manquants du carré fondamental. On notera que le schéma de cette opération forme le fameux et énigmatique « Quatre de Chiffre » figurant sur de nombreuses marques de maîtrise et qu’il s’agit en fait du même tracé que celui qui sert à définir un triangle équilatéral d’après sa base. » J-M Mathonière [2]

GIF - 3.4 ko
Le carré fondamental
GIF - 2.5 ko
Le 4 de chiffre

Pour comprendre l’intérêt, sur le plan ésotérique, de placer ainsi chaque partie dans un tout, revenons à la réflexion liminaire de Philibert De l’Orme : les diverses modalités d’obtention des figures (cercles, triangles, carré) au moyen de la règle et du compas renvoient toutes à la construction du « trait carré », c’est-à-dire à la figure de la croix. C’est cette figure qui recèle le « secret » initiatique des compagnons, et qui renvoie chacun d’eux, dans le silence de son travail et le maniement de ses outils, à sa relation intime avec le « Grand Architecte ».

Mais poursuivons sur ce sujet, d’un point de vue plus « spéculatif », en voyant comment le tracé du Quatre de Chiffre suggère le signe de croix des Catholiques, comme l’ont évoqué ses commentateurs...

Cette idée du « signe de croix » m’est aussi venue naturellement en observant la marque de Mirepoix, si christique dans son inspiration !

GIF - 1.7 ko
Les deux quatre de la marque de Mirepoix

Les auteurs observent néanmoins que le Quatre de Chiffre représente un signe de croix à l’envers, sans donner vraiment d’interprétation ni d’explication.

Pourquoi est-il « à l’envers » ?
D’abord parce que pour reproduire sur soi-même, en se signant, un tracé correct du quatre, il faudrait commencer à se signer en partant de la poitrine et non du front. Le fait me paraît important du point de vue symbolique.
Souvenons nous, en effet, que le Chrétien se signe en prononçant « au nom du Père (front), du fils (poitrine) et du Saint-Esprit (première épaule), pour terminer par Amen (deuxième épaule).
Si l’on suppose que le tracé du Quatre de Chiffre représente bien aussi le signe de croix que le Chrétien dessine sur lui-même, on envisage alors que « le Père » n’est plus situé au centre du front, mais au cœur de la poitrine.
Le cœur de la poitrine, c’est le « centre secret » des soufis, le Sirr : c’est le siège d’Allah.
Derrière le front se situe alors « le Fils », le Verbe incarné, la Parole.
Et « le Saint-Esprit », sur l’épaule gauche, c’est le souffle, qui, à partir des paroles de Jésus, introduira le croyant dans la Vérité (le monde de l’Esprit, l’Atman dans une autre Tradition...)
« Amen », sur l’épaule droite, c’est la réalisation de cette parole reçue, l’Eau Vive qui désaltère à jamais... Pour celui qui a lu l’Evangile de Jean, c’est « l’eau vive » de la parole :

« Quiconque boira de l'eau que moi je lui donnerai n'aura plus jamais soif :
l'eau que je lui donnerai deviendra en lui source d'une eau jaillissante pour la vie éternelle. »
(Jean 4, 13)

Le signe de croix évoqué par le « Quatre de Chiffre » est donc bien, non pas une révélation de ce qu’est la Trinité, mais un mode d’emploi pour la rendre opérante sur le croyant. C’est d’ailleurs ainsi qu’on passe du 3 au 4 : par la conclusion opérative, le « Amen », la réalisation de la Parole dans nos vies.

Mais allons plus loin, car le signe de croix est à l’envers d’une seconde manière dans sa représentation par un Quatre de Chiffre.

Le signe 4, que sa pointe soit à l’endroit ou à l’envers, présente à celui qui le regarde une image inversée. Si vous faites le signe sur vous-même, pour qu’il soit correctement vu par une personne qui vous regarde, vous devez choisir de tracer la pointe du quatre sur l’épaule opposée.

À la lumière de ces remarques, nous pouvons peut-être comprendre pourquoi le possesseur de la marque de Mirepoix a dessiné deux 4, l’un à l’endroit, l’autre à l’envers, sur son blason.

Ces deux quatre signifient toujours le signe de croix, qu’il soit celui que je trace (en haut) ou celui qui est tracé en face de moi (en bas) !
Nous avons par là une identité entre « le signe que je trace » et « le signe que je vois ». Cette réalité est riche de conséquences spéculatives...

À la lumière de l’Evangile de Jean, regardons maintenant cette structuration de l’espace que nous indiquent les deux pointes des 4. Elles nous suggèrent les points cardinaux.

Selon la symbolique des points cardinaux et des quatre éléments, l’Air est à l’Est. L’air c’est le Saint-Esprit, le pneuma qui permet que la parole soit reçue.
À l’Ouest est associée l’Eau, cette eau-vive qui est précisément l’accomplissement de la Parole du Christ.

« Tout homme assoiffé peut venir à Jésus, c’est-à-dire croire en lui, et boire à la source qu’il offre, sa parole de révélation. Mais ce n’est encore là que le premier temps de la foi, celui qui va jusqu’à l’Heure de Jésus. Avec la glorification de Jésus commencera le temps de l’Esprit. Selon l’évangéliste, l’eau vivante qui coulera du sein de Jésus, c’est l’Esprit Saint lui-même. Et de fait, d’après le récit johannique de la Passion, Jésus mourant, inclinant la tête, transmettra l’Esprit, et de son côté transpercé s’échappera l’eau, symbole de cet Esprit. » Jean Lévêque [3]

Au terme de cette analyse, nous voici en possession des deux axes révélés par notre marque de Mirepoix.

L’axe vertical, tel un chrisme avec son Alpha et son Omega, décrit l’incarnation du Christ et son retour au ciel lors de sa glorification. Mais il décrit aussi le parcours ascensionnel possible de l’homme, de son vivant, s’il laisse travailler en lui la force vivifiante de l’Esprit.
La dimension horizontale de la croix est donnée par les deux 4, dont chacune des deux pointes est dirigée dans les deux directions opposées. Elle exprime le mode d’emploi de cette Réalisation : par le souffle de l’Esprit qui nous fait « entendre et voir », on est désaltéré à jamais [4].

Nous pourrions en rester là : quoi dire de plus après cela ?

Pourtant, je me dois d’exprimer pourquoi nous ne pouvons aller plus loin, et pourquoi nous ne pouvons savoir de qui nous tenons les messages transmis par cette marque. Le maître reste inconnu...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Bayazid

 

- Le logo en haut de l’article est extrait du Tarot de Charles VI, lame 4 : l’Empereur, symbole de la maîtrise et de la réalisation. Il provient du site : http://expositions.bnf.fr/r.
- Le Traité d’architecture de Philibert de l’Orme provient du site : http://www.cesr.univ-tours.fr/.
- Le réseau (en rouge) provient du site : http://www.prismeshebdo.com/.


[1] J-M Mathonière : "Aperçus et considérations sur le « réseau fondamental » des Compagnons tailleurs de pierre de l’ancienne Bauhütte" http://www.compagnonnage.info/

[2] Opus cit.

[3] Opus cit. http://perso.orange.fr/j.leveque-ocd/

[4] Il va sans dire que le Maître qui a conçu cette marque n’avait aucunement l’intention de transmettre une doctrine. Les contenus symboliques d’un tracé étaient vécus intimement par ceux qui l’utilisaient, ou dans la mémoire transmise de ceux qui les avaient utilisés.

Cette page a déjà été visitée 14447 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Le Maître Inconnu Le Chiffre Quatre Le motif central de la marque Quelles sont nos données de base ? Le mystère d’une marque au Quatre de chiffre sous les couverts de Mirepoix

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

3 - Trois
Jonas sort des ténèbres
Sainte Cécile
Et Jonas dort
La découverte d’une vocation
Sous le signe des Gémeaux : troisième jour

4 - Quatre
Les quatre éléments
La pierre d’angle
Les belles vertus de Sainte-Avoye
Les 13 desserts de Noël
Libres méditations sur les quarante-quatre lumières de Hannoukah
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

Angle

Cage thoracique (Poitrine)
La Prière de Jésus ou Prière du coeur
"Le Coeur est Tout"
Poumons, bras : une mystérieuse complicité...
Crise de foie
Etape 22 : De Tardajo par Hontanas à Castrojeriz

Coeur, sang
Thérèse de Lisieux : juin 1897
L’élégance du Compas
La vibration de la roche
Limites de l’intellect - recherche unitaire
Sous le signe du Lion : cinquième jour
"A la découverte de l’ancien pèlerinage de saint Denis !"

Compagnonnage
Le Maître Inconnu
Rencontre avec Jean-Pierre Bayard : en guise de conclusion...
Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie...
Le petit cerf de Chartres
Avec Jean-Pierre Bayard : la Franc-Maçonnerie, les rites et le Compagnonnage...
40ème anniversaire du musée du Compagnonnage de Tours
Chefs-d’oeuvre des transports au musée du Compagnonnage

Croix
Epilogue...
Etape 16 : De Logroño à Navarette
Jacob Boehme et la naissance de Dieu
Echec et Mat ! (3)
Les armes de William Beckford

Epaule(s)
Massage & Méditation
Le Rire
Le signe de Guingamp
L’Amoureux

Evangile de Jean
Le vendangeur du Mont-Saint-Michel
Le motif central de la marque
Ecriture et tradition
Jonas, naissance à la joie
Sous le signe de la Balance : septième jour

Grand Architecte de l’Univers
Etape 7 : de Quinto à Fuentes de Ebro
"La toiture sera posée et mon œuvre terminée…"
Raymond Bernard : "le chercheur doit trouver l’Etre en lui"
Le tétragramme de la chapelle du château de Versailles
Quelles sont nos données de base ?
"Une Chapelle pour le roi"

Harmonie
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
L’instrument et la mélodie
Thérèse de Lisieux
Albert Einstein
Maât, la déesse de vérité

Points cardinaux
Le règne végétal revêt pour l’être humain une importance vitale.
Les instruments de la navigation mystique

Rayon
Souvenirs imaginaires d’Henry Lansdown
La Théologie apophatique
Swami Premananda : être ou ne pas être...
L’expédition de 1421
La Lune

Saisons
A petits pas avec ELLE et LUI
Profane, sacré et connaissance
Le Jardin
La Couronne de l’Avent : 1ère bougie
Il est temps que le pigeon voyageur…

Signe de croix
La Couronne de l’Avent : 3ème bougie

Soufisme
"Le Graal, c’est l’accession au secret de la vie universelle..."
24h de méditation pour la Terre (20h-21h)
Les versets de la Lumière
Elie dans les écrits chrétiens en dehors de la Bible
La vie des Bâuls
L’édition 2008 du Festival des Musiques Sacrées de Fès se déroule du 6 au 16 juin.
19ème Festival de Musiques Sacrées à Fès

Tête
Le crâne de Longpont
Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier
Le Bateleur
Qu’est-ce qu’elle a ma tête ?
Graine d’Agni

Triangle
Les dix émanations ou Sephitoth
"Equilibre et silence vont de pair."
Les points de Ranrouët ?
"Silence..."
Sous le signe du Capricorne : dixième jour

Trinité
De Shivanataraj au Shivalingam
Le sacraire de Notre Dame d’Avaugour


Il y a actuellement 12 contribution(s) au forum.


Le Chiffre Quatre
18 novembre 2011, par de Lapie

Fait onirique vécu, pouvant apporter confirmation, éclairage et questionnement concernant l’utilisation des symboles et le rôle du quatre (4), en particulier.
Contexte minimal : Le 12 février 1999, j’eu un rêve où je me voyais tirer à la pétanque. Le trajet de la boule reproduisait fidèlement le tracé du 4. À partir du bas, ma boule délogeais une boule adverse, elle frappais ensuite une première, puis une deuxième boule, pour finalement s’immobiliser tout près d’un coin de mur. (Ce coin de mur étant simplement représenté par une petite équerre comportant deux côtés égaux et respectivement parallèles aux axes de la croix du 4).
Dans les années qui suivirent, les faits vécus vinrent confirmer l’analyse faite pour les trois premières boules touchées. Mais, ce n’est qu’au mois d’août 2009 que je pris vraiment conscience de « l’importance primordiale du tracé emprunté », de la croix formée par les diagonales, du carré non tracé, de l’équerre maçonnique et comme votre texte l’indique, de la relation intime avec le « Grand Architecte ».
Réflexion 1 :
Le symbolisme du 4 est-il déjà présent dans le sub. ou supra-conscient de l’humain ? et si oui, s’y est-il accumulé au fil des siècles ou est-il présent de toute éternité ?
Réflexion 2 :
Si, suite à la réflexion 1, on a choisi de nier la présence de la symbolique du quatre en tant qu’héritage inhérent au subconscient de l’humanité ;
alors :
Ne faudrait-il pas admettre qu’une partie de moi était en mesure de savoir que je, (mon esprit conscient), découvrirai plus tard dans ma vie la symbolique du quatre ?
et donc :
d’accepter que le destin soit déjà tracé ?
........ à l’image du 4 ........

Merci à Bayazid


Le Chiffre Quatre
29 octobre 2008, par Azalaïs

Le signe de croix orthodoxe part du front vers la poitrine puis de l’épaule droite à la gauche. Il se fait avec le pouce, l’index et le majeur réunis, l’annulaire et l’auriculaire étant repliés.

Traditionnellement, voici sa symbolique :

Les trois doigts unis : la Sainte Trinité divine

Les deux doigts repliés : les deux natures, divine et humaine, en Christ.

Le tracé, du front à la poitrine, faire descendre l’intelligence dans le coeur

et de l’épaule droite à la gauche, aller de la justice/justesse à la miséricorde qui relève celui qui est tombé.


Le Chiffre Quatre
25 juin 2008, par Loic

Quid du signe de croix orthodoxe, qui s’eefectue, lui aussi, "à l’envers", mais encore différemment ?

Peut-on le lier au chiffre 4, qu’il soit normal ou inversé ?


Le Chiffre Quatre
7 octobre 2007, par Ge immortel

GOLGOTHA

- Tu sais, par rapport au mont du Golgotha, je dis que Barabbas et Jésus sont mêmes ; Et une fois que Barabbas est devenu Jésus, il devient le Christ, c’est pour moi, l’évolution de l’homme : c’est le passage du fils de l’homme au Fils de Dieu !
Est-ce que je me trompe ?
- Non, non, c’est tout-à-fait ça. C’est le chemin de chaque individu : c’est-à-dire faire tomber toutes les fausses croyances pour n’en garder qu’une seule, celle d’être dans… d’être le Fils de Dieu, justement ; L’enfant !
- Dans l’Amour !
- C’est que dans l’Amour ! Parce qu’en fait lorsqu’on dit que Dieu est Amour, c’est la joie, c’est la beauté, c’est tout ce qu’il y a de meilleur et de plus élevé et c’est aussi le chemin de chaque personne.
- Le trajet ?
- Oui, oui, exactement, c’est même… La vie est ainsi si on est justement, dans le royaume de Dieu.
- Mais c’est le même homme ?
- Bien sûr c’est les mêmes hommes : le pire des assassins, à partir du moment où il se retourne véritablement et qu’il recherche en lui, véritablement le Dieu, il transforme complètement sa vie dans ce sens-là, quoi !
- Voilà donc le symbole du Golgotha. Parce que j’avais remarqué plusieurs croix dressées et cela impliquait un trajet, donc.
- Oui.
Mais la croix, aussi, (bien-sûr c’est symbolique) : c’est la jonction entre le Ciel et la terre et la barre du milieu c’est le monde sur terre, ça exprime la dualité de la vie sur terre et ça divise l’espace en quatre. Et le chiffre 4, c’est le chiffre de l’aboutissement !

Bonjour, voilà donc ce texte ci-dessus où peut-être quelques éclaircissements pourront-ils aider à étancher cette soif !
Amicalement.



Site : Golgotha

Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2016 - Les Baladins de la Tradition