"Ne voyez-vous jamais les divines phalanges
Sur vos dômes sacrés descendre et se pencher ?
N’entendez-vous jamais des doux concerts des anges
Retentir l’écho du rocher ?"
(Alphonse de Lamartine)


Empreintes dans la pierre
lundi 11 mai 2015

par Ismée de Voulton



Traces de pas dans le sable… dans la poussière du chemin… Traces de pas dans la forêt… en bordure de champs… Traces de pas dans la neige… Traces éphémères… Indices silencieux… Discrets… Signes de vie.

Mais des traces dans la Pierre ? Quelle magie est-ce là ? Pour quels messages ?

J’ai vu de mes yeux toutes les pierres illustrées ci-dessous, mis mes pieds nus dans ces traces de pas, me suis assise dans ces fauteuils illustres, ai respectueusement contemplé ces empreintes qui défient le Temps et approché ainsi les rives silencieuses de quelques autres mondes... A mon tour, je vous invite au voyage...

JPEG - 283.9 ko
Pierre aux pieds (2750 m. d’altitude)
Lanslevillard (Savoie)

Il faut partir tôt le matin et gravir la montagne pour arriver face à cette grande "Pierre aux pieds" marquée de 82 empreintes de pieds dont 35 paires et de 80 cupules que les chercheurs datent du Néolithique. [1] Les empreintes donnent à cette pierre une orientation naturelle car le regard instinctivement se dirige dans l’axe des pas, vers l’Est. Marque millénaire d’un culte au soleil ? Ou bien aux chaînes de montagnes environnantes ? Qu’importe finalement au promeneur… Ce sont les traces de pas qui interrogent. Qui est venu là en tout premier ? Qui a réalisé ces marques et mis ses pieds dans ces traces où je mets les miens, nus, aujourd’hui ? Ce contact avec la pierre, doucement réchauffée par les rayons du soleil, est bienfaisant… Et les pieds du randonneur comprennent qu’il faut goûter l’instant et qu’il est pour l’heure inutile de chercher des réponses à tous ces "pourquoi" qu’à l’autre extrémité la tête pensante génère… En ce moment précieux, l’émotion seule compte… l’émotion et... l’envol...

JPEG - 245 ko
Le pied du Diable
Mont Dol près du Mont-Saint-Michel

Le Mont-Saint-Michel attire à lui toutes les attentions, tous les désirs de découvrir en ce lieu unique des merveilles... LA Merveille ! Laissons les touristes pressés admirer toutes les beautés de ce mont et retournons sur le continent, à quelques kilomètres de là, sur le Mont-Dol. Petite butte, simple chapelle, quelques rochers… Et une belle vue avec la mer au loin et le Mont-Saint-Michel à l’horizon. Ne quittez pas ces lieux trop vite de nouveau attirés par le grand Mont. Et écoutez plutôt les récits et légendes que l’on raconte et qui prennent place sur ce Mont-Dol. Ce combat terrible de l’Archange avec le Diable. Les forces en présence sont d’une très grande puissance. Ici, Michel abat son épée et - manquant sa cible - taille en deux un rocher. Là, c’est le Diable qui prend appui sur une autre pierre pour échapper à l’archange et y laisse son empreinte à jamais. Là encore, c’est le pied de l’archange qui est comme imprimé dans la pierre alors, qu’ayant vaincu son adversaire, il prend son envol définitif vers le Mont qui portera son nom !... L’histoire raconte que l’on a retrouvé sur ces deux monts les restes d’antiques sanctuaires à Mithra, jeune dieu vigoureux venu de Perse, vénéré par les romaines légions. [2] Quoiqu’il en soit, c’est de puissance qu’il est question ici. De puissance dont on peut se recharger, de victoire sur soi que l’on comprend possible. Oui, c’est de régénération dont on fait l’expérience en ces lieux.

JPEG - 240 ko
Siège de Merlin
Forêt de Brocéliande (Bretagne)

Le siège de Merlin en forêt de Brocéliande, au coeur du pays de Bretagne, est hiératique. Dominant le Miroir aux fées, étang légendaire bien connu des plus valeureux chevaliers de la Table ronde, taillé en des âges anciens dans la crête de pierre du dragon qui frémit sur les hauteurs du Val sans Retour, l’on s’y sent tout à la fois protégé et protecteur, illuminé par la grâce dispensée sans compter par cette forêt magique. Et c’est fort que l’on s’en relève, fort et prêt à oeuvrer dans tous les mondes au nom des plus hautes valeurs !

JPEG - 299.5 ko
Le "pas de saint Jacques"
Buxerolles (près de Poitiers)

J’étais en habit de pèlerin - sac au dos, bâton et grosses chaussures - sur le chemin venant de Tours vers Compostelle. L’étape avait été agréable sur l’antique voie romaine en direction de Poitiers. Je décidai, en pénétrant dans Buxerolles, proche banlieue de la capitale du Poitou, de faire un détour pour voir ce "pas de saint Jacques" dont j’avais entendu parler. Après bien des détours, je trouvai enfin le gros bloc de calcaire affleurant du sol. Pierre brouillonne aux traces indécodables, accompagnée d’un très grand et très austère crucifix. J’appris par l’écriteau que bien des pèlerins s’étaient arrêtés pour prier ici. Je n’eus aucune envie de satisfaire à la coutume. Je ne ressentais rien en ces lieux. Je repris ma route vers Poitiers non sans avoir pris quelques photos en souvenir du grand saint Jacques qui serait passé en Poitou marquer le sol de son empreinte et de son bâton. Certains lieux semblent vides d’histoire comme d’énergies. Celui-là le fut pour moi.

JPEG - 235 ko
Le Christ face à sainte Radegonde
Église Sainte-Radegonde (Poitiers)

Poitiers la belle me fit un tel effet lorsque j’y pénétrai à pied quelques minutes pus tard après toutes ces régions traversées depuis mon départ que je décidai d’y faire étape pour 24 heures. Je découvris ainsi les beautés qu’elle recèle et tout particulièrement l’église Sainte-Radegonde. Reine de France, épouse de Clothaire, le fils de Clovis, Radegonde a un destin particulier et fonde le premier monastère de femmes en Gaule, près de Poitiers. Son tombeau est un haut lieu et la crypte où il se trouve est un endroit vibrant. J’en sortais à peine et remontais la nef lorsque j’aperçus dans un enfeu sur la gauche une étrange scène figurant une vision de la reine-moniale : Radegonde agenouillée face au Christ montrant son front, illustrant ainsi les mots qu’il aurait alors prononcés : "... Sache bien que tu es l’un des plus beaux diamants de ma couronne."

JPEG - 191.1 ko
Le "pas de Dieu"
Église Sainte-Radegonde (Poitiers)

Entre les deux personnages, dans la pierre : "le pas de Dieu" s’inscrit dans une dalle de pierre préservée au cours des siècles. "Le pas de Dieu" ! Dans la pierre ! Protégé par une petite grille car l’on s’y usa les ongles pour prélever quelques poussières dans le passé. "Le pas de Dieu" ! Si étonnant que cela paraisse, et loin de toute superstition, ce lieu fut loin de me laisser insensible. Etait-ce le fait de découvrir cette trace dans l’attitude d’un pèlerin ? - Ce que l’on découvre en utilisant seulement ses deux pieds comme moyen de locomotion prend souvent un sens inattendu. - Ou bien était-ce la contemplation de cette empreinte si improbable ? … L’empreinte du pied à terre... Le doigt sur le front... De la terre dont Adam aurait été façonné au diamant de l’ultime réalisation...

PNG - 377.9 ko
Siège de saint Martin
Cinais (Indre et Loire)

Martin de Tours est l’une des grandes figures du IVe siècle. Evangélisateur de la Gaule, fondateur des premiers monastères, le pèlerinage à Tours sur le lieu de sa sépulture a été le plus important d’Europe durant bien des siècles. Si l’Eglise le célèbre dans toute la région de Touraine, la tradition populaire attribue à cet évêque des premiers temps, grand marcheur de Dieu, quelques lieux étonnants. Ce "siège de saint Martin" sur le plateau qui domine le bourg de Cinais à l’ouest de Chinon n’est pas facile à trouver, il faut arpenter longtemps le site d’une ancienne enceinte gauloise. Sa découverte dans le coude d’un sentier minuscule est une surprise. Assis, le dos bien calé au creux de cette pierre, au coeur de cette lande colorée et délicatement odorante, c’est au repos que l’on est invité, au repos et à une douce méditation. "N’oublie pas d’accorder du temps à ton être intérieur ; n’oublie pas d’accorder du temps à l’essentiel." semble murmurer ici l’infatigable Martin.

JPEG - 230.9 ko
Ascension du Christ
Cathédrale de Chartres

Quarante jours après Pâques, les chrétiens depuis le Ve siècle célèbrent l’ascension du Christ. Il quitte ce plan physique avec son corps qui disparaît à la vue de ses disciples. La scène est magnifiquement illustrée dans le tour du choeur de la cathédrale de Chartres sculpté à la Renaissance par un artiste inconnu, au sein d’une scène qui porte le numéro 34. Marie, sa mère, comme les disciples sont saisis de le voir ainsi s’élever et bientôt disparaître. Une "mort" en direct ! Un moment incroyable dont il faudra pouvoir répondre : était-ce bien réel ?

JPEG - 178.8 ko
Ascension du Christ (détail)
Cathédrale de Chartres

Sans doute est-ce à cette question que le sculpteur veut répondre à sa façon en imprimant dans une pierre placée ici fort à propos l’empreinte des pieds du Christ ? Ou bien, veut-il exprimer que l’incroyable énergie dégagée par cette scène n’a pas pu laisser l’environnement indemne de son rayonnement ? A qui voulait-il transmettre ce message lui qui a sculpté cette pierre de façon à ce qu’on ne la distingue qu’à peine d’en bas ? Peut-être faut-il chercher la réponse à toutes ces questions en interrogeant le seul apôtre qui dirige son regard en dehors de la scène ?

De la "Pierre aux pieds" de Haute-Maurienne à la "Pierre aux pieds" de Chartres, ces quelques images et commentaires ne se veulent en toute simplicité qu’invitation au voyage au coeur des traditions anciennes qui sont si riches d’expériences pour celui que sait se faire attentif...

Empreintes dans la pierre… Enigmatiques défis à la raison… Marques indélébiles...
Invitations au voyage vers les contrées cachées de notre être...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Ismée de Voulton

 

Les illustrations proviennent des sites :
- http://elixirsflorauxbroceliande.blogspot.fr/
- https://c2.staticflickr.com/
- http://marielrando.canalblog.com/

Les autres photos sont de l’auteur.


[1] Sur la "Pierre aux Pieds" de Lanslevillard, on trouvera d’autres informations sur le site du GERSAR et dans les publications suivantes : "Aperçu de l’art rupestre de Haute-Maurienne" - Cahiers du GERSAR - 1980 et "Pierres à cupules et roches gravées en Savoie" Revue de "L’histoire en France" N°71 - Septembre 1983

[2] Pour en savoir plus, consulter : "Le Mont-Dol - Histoire et légendes" de M. Deceneux - Atelier Junkeneus - 1988


Cette page a déjà été visitée 1617 fois.


Pierre précédente...

Pierre suivante...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Apôtre(s)
Les belles vertus de Sainte-Avoye
L’histoire du portail Nord de la cathédrale de Cahors
Le martyr byzantin de Notre Dame du Puy-en-Velay
Les 13 desserts de Noël
La fête de l’Epiphanie

Ascension
Elie, quelques préliminaires...

Brocéliande
En forêt de Brocéliande
Echanges sur Brocéliande
Forum sur Merlin
A propos du sanglier...
La fontaine de Barenton

Buxerolles (86)

Chartres
Lumen de Lumine !
A propos du labyrinthe...
A propos des Vierges noires...
La femme de Putiphar
Janvier et le Janus à deux visages
"Le Voyage alchimique" : sept DVD à découvrir !

Cinais (37)

Diable, Satan...
La partie de dés (9)
Lucifer, le porteur de Lumière
"La partie de dés" (1)
Le Diable
Qu’est-ce que la littérature ?

Etre intérieur (Soi, Sirr, centre secret)
François Jollivet-Castelot
"Rien de ce qui est humain ne vous sera jamais étranger."
Les versets de la Lumière
Victor Hugo
Ibn Arabi
"Images et Symboles" au Centre Européen d’études Jungienne
Blanche de Richemont nous offre des instants qui chantent !

Jacques (Saint)
Elie dans la tradition chrétienne
C’est décidé : je pars !
La Saint Jean d’hiver
Tours et détours en prélude au Chemin...
Le signe de Guingamp

Jésus Christ
Le motif central de la marque
"Jesus…"
Swami Premananda : choisir sa vie
Le triple visage de Rocamadour
La Caverne des Sept Dormants
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !
La Passion à Ménilmontant : 80e anniversaire !

Lamartine (Alphonse de)
Autour de la Pologne - Madame Hanska
La Société Angélique
Alphonse de Lamartine

Lanslevillard (73)

Martin de Tours (Saint)
La vie de Saint Colomban
Sur les pas de Martin de Tours
Saint Martin à Amiens
Documentation sur Martin de Tours
La légende de saint Mexme à Rivière

Méditation
Pratiques de méditation
Ma pierre
"La puissance vibratoire de la pensée"
Méditation sur un verset du Qôran
Vie de Maître Eckhart
"We Are Ocean"
"Pour méditer comme une grenouille"

Merlin
La localisation particulière des Crops Circles
A propos de Kyot...
Saint Blaise et le celtisme
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
Blaise, le compagnon de Merlin

Michel (Saint)
Saint Blaise et Gargantua
Elie dans la tradition judaïque
Une main à Saint Michel
Thérèse et Jeanne d’Arc
Thérèse de Lisieux : 1890 à 1895

Mont Dol (35)

Montagne
Etape 32 : De Pereje par Trabatelo et La Faba à Ô Cebreiro
Le Mont du Soleil
Ecrire au tableau ou... la conscience de la marmotte
Hampi New Year !
Khalil Gibran

Pèlerinage
Festival des lumières
Le combat de Nasbinals
Etape 16 : De Logroño à Navarette
En route vers Compostelle...
Nuits (suite)
"A la découverte de l’ancien pèlerinage de saint Denis !"

Pieds
A petits pas avec ELLE et LUI
Sous le signe des Poissons : douzième jour
Pèlerinage : impressions
Apollon et les nymphes
L’élégance du Compas

Pierre, caillou, roche
Les pierres, mémoire du Monde dans la tradition Muisca
Pierres sèches
Rencontre avec l’esprit du rocher
La vibration de la roche
Pierres d’illusions

Poitiers (86)

Radegonde (Sainte)
Rivière, Notre Dame et les chimères


 

Durant tout le printemps 2015, un nouvel article de ce "Voyage au coeur de la Pierre" va paraître tous les quatre jours. Pour ne rien manquer de cette aventure et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain article, inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

 

Il y a actuellement 7 contribution(s) au forum.


Empreintes dans la pierre
12 mai 2015, par Vignesh

C’est un beau fort voyage que vous nous fîtes faire Ismée de Voulton, nous vous en remercions tout de go. A vous suivre de pérégrinations en découvertes du sacré nous nous attendons à ce qu’un pan de votre robe ou l’un de vos pieds, pourquoi pas les deux, puisse quelque jour marquer votre passage dans la roche comme il arrive à des éveillés du sentier, Rimpoché ou autre. Jamais vous ne vous retournant nonobstant vous n’en auriez cure ni conscience, vos poursuivants seulement. Je reviens juste du Sri Lanka où j’ai pu voir moi même le pied de notre ancêtre Adam, sur le Pic portant son nom dont Marco Polo avait parlé dans ses récits de voyages. Adam a été condamné à rester sur un pied pendant mille ans, après avoir été chassé du paradis qui n’était autre que le Sri Lanka à l’état de diamant, avant a chute. De fait, le sud de l’Inde, Ceylan, Madagascar font partie des quelques terres n’ayant jamais été immergées au cours des différents déluges. L’emplacement de ses pieds pourrait avoir une signification particulière du point de vue occulte. Au sri Lanka, Shiva a mis ensuite son pied dans ce pied, Bouddha lui-même, St Thomas, Mohammed encore. Comme disait Raymond Devos : "Ah si tous les pieds du monde voulaient bien se donner la main ! » Ce serait le moyen de construire pas à pas, en mettant nos pas dans ceux des grands êtres, la paix entre les religions entre les hommes enfin. C’est un peu votre message ?
magiedubouddha.com/p_thai-puta1.php


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition