Pèlerinage à Compostelle par le Camino del Ebro

Etape 1 : De Tortosa à Xerta
Début du Camino de l’Ebro

par El Peregrino


Pour revenir à l’article précédent...

Mardi 5 septembre 2006
Etape de 20 km

Il est 14h30 et je suis installé dans un bar typique de l’Espagne sur la place du village de Xerta... La journée se termine mieux qu’elle n’avait commencé : je viens de terminer un petit repas dont j’avais besoin depuis ma frugalité de la veille.

La nuit de fête à Tortosa a été un peu pénible et ma nuit un peu perturbée par les flonflons. Je sors de mon lit à 7h sans précipitation, je n’ai que vingt kilomètres à faire.

C’est juste avant de quitter la chambre que la panique s’installe. J’ai une sorte de banane en tissu que j’attache à ma ceinture et qui contient argent et papiers. Je l’attache toujours avant de prendre ma mochila. Elle est ouverte sur la table de nuit et en la prenant, je m’aperçois qu’un étui contenant ma carte bleue n’est plus là... Je fouille, je cherche, je vide même ma mochila : rien... Je l’ai peut-être oublié sur le comptoir de l’hôtel en payant la chambre... ? Je descends en courant à la réception, rien... Je reviens dans la chambre. Assis sur mon lit, je suis catastrophé, c’est bon pour casser tous les enthousiasmes en pensant à toutes les démarches à faire avant de continuer mon chemin... Je réfléchis, tête baissée, accablé et mes yeux tombent sur un bout de cuir marron qui dépasse sous la table de nuit... Je suis un imbécile, un peu de sang froid m’aurait évité ce stress, le calme et la sérénité reviennent, mais le Bernard est encore à cran... En marchant tout va s’apaiser...

Je sors de la ville vers l’ouest par le pont majestueux qui traverse ce fleuve. Il roule le souvenir sanglant de la guerre civile : l’Ebre. Au milieu du fleuve s’élève un monument en mémoire de cette bataille sur les bords de l’Ebre qui a fait couler le sang des franquistes et des républicains et qui en son temps a scellé la défaite de la république...

JPEG - 29.6 ko
Le monument sur l’Ebre en souvenir de la guerre civile...

La sortie de la ville est difficile. Les indications pour suivre le chemin de Compostelle sont rares. J’ai fait environ trois kilomètres et en arrivant à Raval de Jésus un petit village banlieue de Tortosa plus rien... ! Je tourne, je vire et c’est finalement un homme d’une cinquantaine d’années qui se met en quatre pour me faire retrouver les fameuses flèches jaunes. Je suis dans le village de « Jésus » et l’homme qui m’aide a pour prénom Jacques dans sa traduction française... ! Amusant... !

Il y a eu des travaux de voirie et certaines flèches jaunes ont disparu. Jacques vient de m’accompagner sur le bon chemin, revoilà une de ces flèches qui vont être mon obsession pendant quelques semaines.

Il fait très chaud les 35° annoncés sont largement là. Le Camino est un ruban qui éclate de blancheur sous le soleil et qui flirte à gauche avec le Canal de l’Ebre et à droite avec des champs d’orangers ou de citronniers. S’y ajoutent quelques palmiers pour accentuer encore le dépaysement...

JPEG - 47.1 ko
Le canal de l’Ebre

J’arrive vers 13h à Xerta, la mairie ferme à 14 h.. En quelques minutes j’ai la clef d’une salle de la mairie avec toilettes et lavabo, juste à côté d’un petit restaurant où je suis installé en ce moment pour me raconter.

Voilà, je pense que cette première journée va bien se terminer. Ce soir je dors à la dure avec mon tapis de sol sur le carrelage de la mairie, mais je suis heureux, je commence ma vraie vie de pèlerin.

Il est 16h, je suis seul à l’extérieur du pueblo, l’Ebre coule à mes pieds. Je ne peux m’empêcher de penser à ce que ses flots ont vu et à sa majesté tranquille d’aujourd’hui. Il a été rouge du sang d’une guerre civile. L’Europe a laissé faire Franco et Hitler a trouvé cette tragédie expérimentale instructive...

Il fait maintenant bien plus de 40° au soleil. Je suis assis à l’ombre d’un platane, une petite brise s’engouffre sur la vallée de l’Ebre et délivre un peu de fraîcheur. L’eau glisse doucement presque immobile d’apparence et les rives se reflètent comme si un impressionniste les reproduisait... Je suis bien, je suis heureux :

la toile est vivante
un poisson trouble l'image
un instant pour moi

Pendant cinq semaines, il va y avoir des moments rares et difficiles, des douleurs, mais aussi des moments exaltants, des instants lumineux. Il y a une fausse solitude sur le Camino pour celui qui écoute avec tous ses sens le cœur qui parle. C’est l’écho de SA présence en nous et de l’autre nous-même. Dans le quotidien, la vie profane est omniprésente, sur le Camino c’est l’écho de soi-même qui est musique d’ambiance. En Castille il va y avoir des passages où le chemin est une rectitude plate de plusieurs dizaines de kilomètres. Monotone, l’œil n’a plus rien pour se distraire, certains pèlerins prennent le bus pour éviter ce passage qui les perturbe...

JPEG - 68.7 ko
L’Ebre à Xerta

Il est 18 h à la terrasse du bar à côté de la mairie, j’observe la vie du village. J’ai connu l’Espagne il y a 50 ans... ! Elle est vraiment devenue un pays européen. Autour des tables de la terrasse, toutes les conditions sociales sont réunies. Il y a aussi quelques jeunes et moins jeunes femmes qui laissent deviner un string et quelques tatouages qu’on aimerait voir plus en détail... Pèlerin peut-être, mais homme toujours... Ici aussi certains couples évoquent l’ennui... À la table à côté l’homme parcourt un journal, sa femme charmante semble rêver de l’ailleurs...

La soirée va être un peu longue, pour le marcheur qui doit assurer son sommeil. Il y a une séance de yoga dans la salle de la mairie qui m’a été affectée. Je récupère la clef, il est 23 h, l’heure presque de passer à table pour l’Espagne...

Voilà, j’ai ma frontale lumineuse et je viens d’éteindre la lumière de cette grande salle. Je me glisse dans mon duvet, le sol est un peu ferme, mais grand luxe, j’ai mis en place mon oreiller gonflable qui donne un tout presque confortable... !

Je suis bien, le bois des murs craque dans le noir, une petite musique qui ne va pas m’empêcher de trouver rapidement le sommeil. J’ai même réglé mon portable pour sonner à 6 heures, mais cela sera inutile...

La sérénité me gagne, je sais que ma bonne étoile est toujours là, merci à LUI.

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

El Peregrino

- Le visage provient du site : http://www.photo-libre.fr/
- Les autres photos ont été prises par l’auteur durant son pèlerinage.

Cette page a déjà été visitée 2510 fois.


Etape précédente...

Pour revenir à la "carte" du Camino...

Etape suivante...
Pour être informé par un court message dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne d'une prochaine aventure, inscrivez-vous à la liste de diffusion : "Sur les Routes de la Tradition"

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Camino del Ebro
Les jours d’avant...

Citron
Les plantes sur les sentiers 24 à 28 de l’Arbre de vie
A propos de l’Abishekam

Confiance
"L’homme a d’immenses possibilités inexploitées et des pouvoirs inconnus."
Frédéric Ozanam
Croyez-vous au Père Noël ?
L’Etoile
Médecin généraliste : une révolution nécessaire
"Planet Positive"

Jacques (Saint)
Le signe de Guingamp
La Présentation de la Vierge
Tours et détours en prélude au Chemin...
Lumière de Compostelle
Elie dans la tradition chrétienne

Tortosa

Voyage
Petites misères à Mysore
Petit voyage à travers les énigmes...
Voyage à Lisieux
Le Bâton
Des bateaux par milliers !
Chefs-d’oeuvre des transports au musée du Compagnonnage
Joy for the planet !
Alexandra David-Neel : un nouvel ouvrage remarquable

Il y a actuellement 4 contribution(s) au forum.


Etape 1 : De Tortosa à Xerta
3 avril 2007, par Dazur

Cher Peregrino,
Le début du récit de votre pèlerinage, ce matin, se situe bien au-delà du monde virtuel auquel on limite souvent l’internet. L’émotion se fait nôtre... Nul doute que ce pèlerinage jusqu’à Compostelle nous réserve à vos côtés bien des surprises sur de nombreux plans...
Merci pour le partage !


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition