Thérèse et Jeanne d’Arc
vendredi 27 septembre 2002

par Dazur


Ce texte est extrait d’une étude sur "Thérèse de Lisieux"
Pour revenir à la page précédente : "Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face"

Nul ne sait où l’Histoire commence. Le fil que je vous propose de suivre a pris forme pour moi en 1412. Cette année-là, dans la lointaine province de Lorraine, Isabelle Romée de Voulton et Jacques d’Arc donnent naissance à leur quatrième enfant. C’est une petite fille. Ils la prénomment Jeanne. Le Royaume de France est en guerre. L’Angleterre, forte du Traité de Troyes signé en 1420 après la bataille d’Azincourt gagnée par Henri V, revendique la Couronne de France. Le Dauphin Charles se retranche au Sud de la Loire.

On connaît la suite. Jeanne du haut de ses 17 ans propose de conduire l’armée et le Gentil Dauphin à Reims. Elle est guidée par ce qu’elle appelle "ses voix" : St Michel, Ste Marguerite et Ste Catherine - dit-elle - guident ses actions et inspirent ses paroles.

Dans l’épreuve comme dans l’adversité, sa confiance est totale et son pas est si sûr que le 17 juillet 1429 voit le St Chrême, dans la cathédrale des Sacres, oindre Charles le Septième sous l’oeil serein de Jeanne, debout auprès de lui, tenant fermement un étendard identifié par certains comme étant le Baucéant du Temple.

Souhaitant poursuivre la reconquête du Royaume de France, elle repart, sans le soutien du Roi qui préfère, lui, s’essayer à la diplomatie. Après quelques victoires, elle est faite prisonnière à Compiègne. Achetée au prix fort par les anglais, elle est, après diverses pérégrinations, transférée à Rouen où le tribunal d’Inquisition commence son oeuvre. La seule façon de rendre nul le Sacre de Charles VII à Reims est de démontrer qu’il y a été conduit par une sorcière ou bien une hérétique. L’enjeu est de taille, le procès se doit d’être bien mené pour qu’il soit incontestable. On confie cette tâche à un brillant évêque français oeuvrant à l’Université de Paris toute entière à la solde des anglais : Pierre Cauchon.

Janvier 1431. Le procès commence. Et pendant de longues semaines, Jeanne répond avec la simplicité et la sûreté de sa toute confiance en celui qu’elle nomme "Messire Dieu, premier servi".

Le 24 mai, épuisée par cinq mois d’interrogatoires, elle signe un texte qu’elle ne sait pas lire et à la lecture duquel on l’a trompée. Quatre jours plus tard, ses paroles viennent contredire - et pour cause - ce qu’on lui a fait signer. Elle est déclarée relapse : elle sera brûlée. Le 30 mai 1431, on allume le bûcher. Jeanne avait 19 ans.

Notons - ceci est moins connu - que Charles VII attendra 19 ans pour demander la révision du procès de Jeanne d’Arc et que, 25 ans après sa mort, sera prononcée l’annulation de la condamnation.

De son côté, Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, attend une récompense digne de ses bons et loyaux services d’inquisiteur. Il espère devenir archevêque de Rouen. Sa déception est forte quand il apprend, 6 mois après la mort de Jeanne, sa nomination à l’évêché .... de Lisieux.

Pour lire la suite : "Les deux Thérèse..."

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Dazur

 

Cette page a déjà été visitée 2334 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Thérèse et Jeanne d’Arc

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

17 juillet

30 mai
Avec Jean-Pierre Bayard : aux origines de la Franc-Maçonnerie...

Catherine (sainte)
A la Sainte Catherine...
Calendrier de la Tradition : Novembre !

Charles VII (roi de France)
Les verrières de Léon Ottin à Cléry
Cléry, où l’on découvre bien des énigmes...
Cléry, basilique des guerres royales
Ottin, le peintre-vitrailliste oublié de Cléry

Compiègne (60)

Couronne
La Couronne de l’Avent : 4ème bougie
La Couronne de l’Avent : 2ème bougie
La couronne d’épines de Sorigny
Le Sommeil des Sept Dormants
La Couronne de l’Avent : 1ère bougie
Sur ce site, (re)découvrez les lumières de l’Avent jusqu’à l’Epiphanie !

Jeanne d’Arc
Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face
Thérèse de Lisieux : 1890 à 1895
Entre rose et lys, la Vierge, l’épée et l’étoile
Rivière, Notre Dame et les chimères
Avis à tous les adhérents !
Calendrier de la Tradition : Mai !
Calendrier de la Tradition : Juillet !

Lisieux (14)
L’enfance de Thérèse
Voyage à Lisieux

Lorraine

Marguerite (Sainte)

Michel (Saint)
Une main à Saint Michel
A la découverte du Puy-en-Velay !
Le triple visage de Rocamadour
Elie dans la tradition judaïque
Le graal de Saint-Michel-en-Grève

Moyen-Age
Où l’Appel s’orne d’une majuscule !
Une histoire cruelle
L’histoire des Crops Circles
Echec et Mat ! (1)
Le monachisme Irlandais et Colombanien
Les bâtisseurs de cathédrale : pédagogie des métiers et savoirs
Templum Aeternum

Prison
Les versets de la Lumière
Sainte Barbe
L’apport fondamental de la version coranique
Le Supramental : une autre planète (2)
La légende des Sept Dormants

Reims
Marie-Madeleine à Reims
Un banquet à Saint Remi
A propos du labyrinthe...
Le musicien de Saint Remi
Maître Bruno

Rouen

Temple (Ordre du)
Souvenirs imaginaires d’anonymes (2)
Les Mines de la Moria
Hommage à Raymond Bernard
Souvenirs imaginaires d’anonymes (3)
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
10 janvier 2008 : une interview inédite de Raymond Bernard !
Expo "Franc-Maçon" à Tours


Il y a actuellement 0 contribution(s) au forum.

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2020 - Les Baladins de la Tradition