Elie dans la tradition judaïque
lundi 31 janvier 2005

par Abd Al Haqq


Pour revenir à la page précédente de cette étude...

Ici aussi le prophète tient une place importante. Pour nos frères Juifs, Elie est également vivant pour l’éternité puisqu’il fut enlevé sur un "char de feu" jusqu’aux cieux.

Dans le Zohar, "ha sepher ha zohar", (le livre de la merveille), Rabi Schiméon Bar Yochaï expose qu’il a trouvé une solution à ce mystère dans le livre du premier homme où il est écrit :
"Parmi ceux qui naîtront en ce monde, il y aura un esprit qui descendra sur terre et revêtira un corps. Son nom est Elie. Avec ce corps, il montera aux cieux et disparaîtra." Dans un autre livre lié à la Kabbale "ha sepher ha paradès", (le livre du paradis), il est dit :
"J’ai vu en étudiant le sens caché de la Torah, un mystère extrêmement merveilleux : nulle part on ne dit clairement dans la Torah, qu’Elie est né d’un père et d’une mère ", et plus loin, Dieu dit au prophète : " tu demeureras pour toujours le gardien de mes fils et tu fortifieras la foi qu’ils ont en moi ". [1]

Dans le Judaïsme, l’opinion commune place Elie au ciel parmi les anges, où il mène une grande activité de scribe céleste, de psychopompe et d’intercesseur pour Israël. Cette activité ne l’empêche nullement de se produire sur terre, où il apparaît dès que son intervention est requise, sous un aspect humain. Ces premières interventions eurent pour bénéficiaire son disciple Elisée. Depuis la fin de l’époque talmudique il aurait, semble-t-il tendance à se faire plus discret. Mais il apparaît toujours en rêve.

Les deux grands courants mystiques apparus après la clôture du Talmud, la Kabbale et le Hassidisme, le revendiquent comme père spirituel. Rabi Schiméon Bar Yochaï, fondateur de la Kabbale, fut directement instruit par le prophète et les plus grands kabbalistes, tel Rabi Isaac Luria Ashkenazi au XVIe siècle, aussi nommé Ari Ha Kaddosh (le saint), se réclament tous de son initiation directe. Le Hassidisme, fondé en Pologne au XVIIIe siècle par Rabi Israël Baal Schem Tov (le maître du bon nom), a été également favorisé par Elie en la personne de son fondateur, puisque c’est le prophète lui-même qui a prédit à son père la naissance ce cet enfant merveilleux, en précisant qu’"il illuminerait les yeux d’Israël". Dans la tradition Juive, le rôle d’Elie est étroitement associé aux jours du Messie. Le Nouveau Testament en garde des traces puisque des sceptiques qui interrogent Jésus, lui disent qu’avant le Messie doit venir Elie. Sa fonction eschatologique, par contre, n’est pas très arrêtée. Elle semble en dépendance de telle ou telle tendance du judaïsme. Néanmoins cette participation du prophète à la fin des temps a bien un fondement scripturaire dans le livre de Malachie 3 :1 et 23 à 24.

Si la grande tradition juive attribue le rôle messianique principal au fils de David, une certaine tradition rabbinique n’hésite pas à considérer Elie comme le seul agent " humain " du salut. Sa tâche, à la fin des temps, consistera à redresser le Temple, et oindre le Saint Messie ; on pense ici à Jean le Baptiste.

Pour le présent, l’esprit d’Elie, préside à la circoncision, (que nous pouvons considérer comme une initiation) et, dans la synagogue, un siège lui est réservé en bonne place.

La nuit de Pessah, c’est dans les familles qu’une chaise et une coupe de vin lui sont réservées. Il est de coutume de lui ouvrir les portes afin que le prophète puisse répondre à l’invitation. Il y manque rarement, mais seuls les yeux absolument purs peuvent le voir...

Dans les écritures hébraïques, nous devons également noter une sorte d’antinomie entre Moïse et Elie ; le premier est le législateur, l’inventeur du culte, ou, en tout cas celui qui le met en forme. Elie est plutôt le tenant d’une tradition prophétique et mystique, souvent rivale de la religion d’état, en tout cas peu tendre à l’égard du pouvoir royal qu’elle a charge d’oindre et de guider.

Ces deux tendances s’affrontent régulièrement dans l’histoire d’Israël jusqu’à la disparition du Temple en 64. Cette lutte transparaît dans la rédaction de la Torah, où les strates écrites par l’une et l’autre tendance alternent au sein des mêmes livres voir des mêmes chapitres. Ce qui explique que des événements puissent être relatés deux fois consécutives de manières différentes.

Pour lire la suite...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Abd Al Haqq

 

Les illustrations proviennent des sites :
- http://www.richardsilverstein.com/t
- http://www.jhom.com


[1] Traditionnellement le " Shommer Israël " (gardien d’Israël) est Mikaël, l’archange St Michel. Si l’on se souvient que tous les deux, Elie et lui se partagent le privilège de l’épée flamboyante cela fait une coïncidence étonnante.

Cette page a déjà été visitée 4506 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Pourquoi une étude ayant pour sujet le prophète Elie ? Elie, quelques préliminaires... Elie dans la tradition musulmane Elie dans la tradition judaïque Elie dans la tradition chrétienne Elie dans les écrits chrétiens en dehors de la Bible Mais en quoi Elie nous concerne-t-il aujourd’hui ?

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Israël
Les Justes (Tsaddikim)

Judaïsme
24h de méditation pour la Terre (20h-21h)
La lumière sous l’inspiration de la langue hébraïque
Libres méditations sur les quarante-quatre lumières de Hannoukah
Pourquoi une étude ayant pour sujet le prophète Elie ?
Raymond Bernard : "pourquoi j’ai fondé le CIRCES..."
Le premier tome d’une traduction française des manuscrits de la Mer Morte vient d’être publié.
L’édition 2008 du Festival des Musiques Sacrées de Fès se déroule du 6 au 16 juin.

Michel (Saint)
Saint Blaise et Gargantua
Une main à Saint Michel
William Beckford à Fonthill
Thérèse et Jeanne d’Arc
Le triple visage de Rocamadour

Torah
Elie, quelques préliminaires...
Hanoukkah
Maître Eckhart et le néoplatonisme

Zohar
Le Martinisme dans la Tradition


Il y a actuellement 0 contribution(s) au forum.

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition