INDIA-LOG
E-mails expédiés au cours de 5 mois de voyage en Inde

 

Date :
Objet :
De :
A :

 

 

08 janvier 2009 - 09:30
Hampi New Year !
jp guillot
un ami

 



Pour revenir au message précédent…

De Goa à Hospet, 12h de car, et le lendemain un bus local me débarque à Hampi. Hampi, c’est un chaos granitique de qq. 7 km2, auprès de quoi la Côte de Granit Rose ressemble à un château de sable. Et parmi ces éboulis, dans ce qui serait le plus étendu des sites du Patrimoine Mondial, nichent les ruines d’une capitale fabuleuse, celle des Vijayanagar qui dominèrent du XIV au XVIe siècle le centre du Deccan et surtout la Golconde et ses trésors de perles et pierreries.

Les Portugais furent éblouis par cette ville quand ils la visitèrent qq. années après leur débarquement à Goa et peu de temps avant le déclin irrémédiable de la dynastie Vijayanagar et la mise à sac de leur cité, vers le milieu du XVIe siècle.

Mais ce qui en reste est éminemment suggestif de cette splendeur passée et m’a procuré autant d’émotion et de ravissement que ces autres cités mythiques d’Asie que sont Anuradhapura et Angkor.

Trois jours donc à jouer les cabris dans les rochers ronds et à me faire lézard dans la fraîcheur des temples. Des temples majestueux, précédés de longs portiques qui auraient donné en Grèce des agoras, mais qu’on appelle ici des bazars, et flanqués d’un grand bassin à gradins où l’eau est parfois encore présente.

D’une colline surmontée d’un temple l’ascension semble facile : les tailleurs de pierres (on se demande combien de milliers d’entre eux ont travaillé à éclater les roches comme des silex pour édifier cette ville) ont construit un escalier de dalles qui conduit au sommet d’où la cité se déroule comme un plan sous mes yeux. Qui se brouillent parce que tout à coup je suis pris de vertige : les marches qui facilitaient la montée se font glissantes et perfides à la descente, que je dois faire collé contre la paroi, à reculons, sur le derrière et pas fier le gars ! Arrivé enfin en bas, je préviens un jeune couple qui va se lancer dans l’ascension de ce qui peut leur arriver. Le gars me rétorque : Ca ne peut toujours pas être pire que dans les Himalayas ! Les Himalayas ! Autrement dit, vieux plouc, tu n’as rien vu et c’est trop tard pour toi... J’ai bien songé à guetter la redescente de cet arrogant connard et de sa demoiselle, mais j’avais mieux à faire que de savourer une hypothétique revanche.

Trois jours parfaits à jouir du silence - plaisir rare en Inde - de ce site sans auto, sans moteur, suffisamment grand pour que les troupeaux de touristes grégaires s’y diffusent et disparaissent. Le dernier jour, rencontre de Saleem, jeune voyageur indien indépendant - autre fait rarissime -, historien de goût, venu sur les lieux de son sujet de mémoire. Je l’invite à déjeuner dans un resto au bord de la rivière, lieu frais, jolie vue, mais bouffe pour touristes, càd chère et périlleuse car le soir même, nous avons été pris l’un et l’autre des mêmes symptômes inquiétants et il s’est vite avéré que la raïta (concombres au yaourt) qui accompagnait le thali contenait une véritable force offensive microbienne.

Bref siphon-typhon sur Hampi.
La journée du lendemain se passe à récupérer des désastres de la nuit et je devais partir le soir pour Mangalore par un bus dit sleeper ! Situation imprudente : si jamais le siphon siphonnait, j’étais dans de beaux draps, mais qui vivrait verrait… Un bus sleeper, ça veut dire qu’au-dessus des sièges sont installées des couchettes. J’avais obtenu la dernière, ma chance, mais je n’avais pas compté sur deux choses : 1) l’état de la route et 2) l’entretien du bus.

1) Les routes étant ce qu’elles sont, plus tu es haut perché, plus tu es allongé, plus les aléas de la chaussée se répercutent dans ton corps. Et dès que tu entres et sors d’une agglomération, tu es secoué comme un cocotier par les speed breakers (ce qu’au Mexique ils appellent joliment des vibradores), càd des ralentisseurs.

2) Plus tard dans la nuit, j’ai commencé à trouver les moustiques particulièrement voraces. Même Odomos, la crème anti-moustiques locale, tartinée abondamment, ne les dissuadait pas. Par contre, si je tirais le rideau et laissais entrer la lumière du couloir, je n’étais plus attaqué. Alors j’ai compris que j’avais affaire à des bed bugs, des punaises ! Il ne manquait plus que ça à ma collection entomologique ! J’étais habillé léger, le bus était plein, il a bien fallu que j’endure les 13h de route (et non pas 12 comme annoncé au départ) en toute équanimité comme diraient les bouddhistes. Seul réconfort : au bout d’un certain taux d’inoculation, tu ne sens plus rien.

Ce n’est qu’arrivé à Mangalore, devant la glace de l’hôtel, que j’ai constaté l’étendue des dégâts : avec la chaleur et la transpiration, l’allergie s’était diffusée vitesse grand V, et par une de ces boucles dont le destin a le secret, je me suis retrouvé exactement dans la même clinique que l’an dernier pour soigner le même bobo. Mais le docteur Shah, qui ressemblait à un vivisecteur névrotique sorti d’un film de Tim Burton, avait laissé sa place à un collègue qui a fait un grand ménage dans le cabinet. Pas plus mal !

Médocs, lotion calmante à l’aloé vera et deux jours deux nuits de sommeil non-stop, sans bouffer, juste boire, avaler les cachets, finir la lecture de Mr Biswas. Ce n’est qu’aujourd’hui que j’émerge, toujours pas d’appétit et le ventre qui gronde sinistrement (entre secousses et punaises, je n’avais pas eu le loisir de m’intéresser à ses manifestations et, sans doute dépité, il m’avait laissé en paix) mais je ne suis qu’à trois heures de mes amis de Kannur où je file demain par le premier train du matin.

Voilà ce qui peut arriver à un voyageur aventureux. Mais ça passe et on oublie. Et je me dis que j’ai de la chance d’être en Inde et de faire l’expérience de toutes ces choses, de rencontrer tous ces gens, au lieu de me morfondre dans l’hiver froid d’un pays sinistre.

Pour découvrir ci-dessous le lien vers l'e-mail suivant...

Pour laisser un commentaire à la suite de cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

jp guillot

Mes photos du jour
(Cliquer sur les vignettes.)

Hampi. Vue générale Hampi. Pattabni Rama Temple Hampi. Hemakuta Hill Saleem, historien



Les photos de cette page ne sont pas libres de droits. Elles appartiennent à l'auteur. Elles peuvent cependant être utilisées à des fins non-commerciales avec son autorisation. Pour le contacter, cliquer ici...

Cette page a déjà été visitée 580 fois.


E-mail précédent...

Pour revenir à la page principale...

E-mail suivant...
Nous voilà partis pour 5 mois de voyage en Inde durant lesquels nous allons recevoir de temps à autre un mail de jp guillot.
Pour ne rien manquer et être informé par une rapide annonce dans votre boîte aux lettres de la mise en ligne du prochain message,
inscrivez-vous à : "La Lettre des Baladins de la Tradition" ou retrouvez-nous sur "Facebook".

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

Concombre
Les plantes sur les sentiers 24 à 28 de l’Arbre de vie

Echelle, escalier
La naissance de Mithra
William Beckford à Fonthill
L’escalier de Louis XI
Djalâl al-Dîn Rûmî
La Présentation de la Vierge

Granit
Voyage au centre de notre planète, de Jules Verne à George Sand
Le vendangeur du Mont-Saint-Michel
Le signe de Saint Yves
1 - Jehan perdu... Jehan trouvé ! (suite)

Montagne
Ecrire au tableau ou... la conscience de la marmotte
Du carbone au diamant
Arco iris
L’illumination
La Caverne des Sept Dormants

Peau
Massages... mais sages
À fleur de peau

Système digestif
Saint Ambroise
Etape 30 : De Rabanal del Camino à Molinaseca
De Vishakhapatnam alias Vizag
Chyle & Chyme

Temple
Festival des lumières
Douze Jours pour atteindre l’Etoile !
La pierre de Lanleff
Le menhir dans la forêt
Le temple du Champ de Mars

Voyage
Arrivée à Bhubaneshwar
Le Bâton
Arc-en-ciel des couleurs de l’Inde !
La surprise du Cancer
Arrivée à Kannur
Alexandra David-Neel : un nouvel ouvrage remarquable
Joy for the planet !
Chefs-d’oeuvre des transports au musée du Compagnonnage

Il y a actuellement 1 contribution(s) au forum.



Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition