Départ de Bruno
samedi 6 octobre 2007

par Dazur


Pour revenir à la page précédente de cet article…

JPEG - 33.8 ko
Bruno arrive devant Urbain II
Tableau d’Eustache Lesueur

Six ans plus tard, en 1090, un émissaire du pape se présente auprès de l’évêque Hugues porteur d’un message pour Bruno lui intimant l’ordre de rejoindre le Vatican.

Homme d’obéissance, Bruno bénit ses frères et se met en route.

Tous les six ressentent un grand trouble : c’est pour suivre Bruno qu’ils étaient là. Pour vivre dans le sillage de son âme noble, façonnée par une foi sans faille. Seuls, l’aventure n’a plus de sens ! Ils parlent de se séparer, de repartir chacun pour la vie du monde… Quelques-uns prennent même la route… On imagine les jours de doute qu’ils traversent ensemble… Les vraies questions font surface peu à peu… Etions-nous là pour Bruno seulement ou bien… ? Toute la confiance que nous avions placée en lui, en sommes-nous à ce point dépourvus, seuls…

Seuls ?

Landuin qui a été choisi pour succéder à Bruno par ceux qui sont restés réussit à regrouper la communauté.

C’est là. Au départ de Bruno. Au moment où ces hommes mettent au second plan la personnalité de celui qu’ils ont toujours considéré comme leur maître. Au moment où ils prennent conscience qu’ils sont unis par les liens indéfectibles de leur fraternelle consécration en Dieu. C’est là que prend réellement naissance ce que l’on connaîtra plus tard sous le nom d’Ordre des Chartreux.

Les six décident de rester ensemble, sur place. Plus de neuf cents ans sont passés et leurs frères chartreux sont toujours là.

JPEG - 154.2 ko
Monastère de la Grande Chartreuse
© Crédit photo : www.photos-dauphine.com

Le pape Urbain II est lui aussi un ancien élève de Bruno et c’est pour jouir de son conseil qu’il l’a fait venir à Rome. Bruno passe plusieurs mois à la curie romaine puis demande à nouveau à se retirer « au désert ». Le pape ne l’entend pas de cette oreille et souhaite garder Bruno près de lui. Il lui offre une importante charge épiscopale en Italie. Bruno, on s’en doute, refuse et réitère sa demande.

En décembre 1091, dans un compromis qui satisfait Bruno, le pape, qui ne veut pas qu’il quitte l’Italie, lui accorde de s’installer en Calabre. Immédiatement, plusieurs dizaines d’hommes s’offrent de découvrir sous sa tutelle la vie de solitude et de contemplation qu’il prise tant. Un deuxième ermitage est né.

Bruno va y passer le reste de sa vie tout en entretenant une correspondance avec ses premiers frères de Chartreuse. De tout ce que Bruno a écrit dans sa vie, il nous reste uniquement deux lettres rédigées en Calabre. Ainsi le silence est retombé aussi sur ses écrits... mais dans ces deux missives, que de beautés pour l’âme qui aujourd’hui encore les reçoit !

"Réjouissez-vous donc, mes frères très chers, pour votre bienheureux sort et pour les largesses de grâce divine répandues sur vous. Réjouissez-vous d’avoir échappé aux flots agités de ce monde, où se multiplient les périls et les naufrages.Réjouissez-vous d’avoir gagné le repos tranquille et la sécurité d’un port caché..." [1]

La main de Dieu l’élève le 6 octobre 1101 et ses fils de Calabre transcrivent ses derniers moments tout en dépêchant un messager qui, durant de nombreux mois, parcourra l’Europe, faisant signer sur son passage le Rouleau funèbre qui nous est parvenu.

JPEG - 30.8 ko
Point culminant du massif de Chartreuse

Ainsi, grâce à l’ouverture de son coeur il créa un mode de vie nouveau, par la pureté de son âme il sut discerner l’essentiel et y consacrer la fulgurance de sa foi entraînant dans son sillage des milliers d’hommes et de femmes à travers les siècles. Et il sut être si simple qu’il est à l’origine de l’un des rares ordres monastiques qui ne porte pas le nom de son fondateur.

"Ce que la solitude et le silence du désert apportent d’utilité et de divine jouissance à ceux qui les aiment, ceux-là seuls le savent, qui en ont fait l’expérience.

Là en effet, les hommes forts peuvent se recueillir autant qu’ils le désirent, demeurer en eux-mêmes, cultiver assidûment les germes des vertus, et se nourrir avec bonheur des fruits du paradis. Là on s’efforce d’acquérir cet oeil dont le clair regard blesse d’amour le divin époux et dont la pureté donne de voir Dieu. Là on s’adonne à un loisir bien rempli et l’on s’immobilise dans une action tranquille. Là Dieu donne à ses athlètes, pour le labeur du combat, la récompense désirée : une paix que le monde ignore et la joie dans l’Esprit-Saint." [2]

Pour revenir au début de ce dossier...

Pour répondre à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

Dazur

 

Les illustrations proviennent des sites : http://commons.wikimedia.org/, http://fr.wikipedia.org/, http://www.photos-dauphine.com, http://perception.inrialpes.fr/.

Etre accueilli pour quelques jours dans les pas des Chartreux est désormais possible pour les laïcs qui souhaitent faire cette expérience. A cet effet, en 2001, l’Ordre des Chartreux a confié à quelques fidèles la gestion de la chartreuse de Sélignac dans l’Ain.


[1] Lettre de Saint Bruno à ses fils Chartreux - Publiée dans le premier volume des "Lettres des premiers chartreux" par les Editions du Cerf

[2] Lettre de Saint Bruno à Raoul le Verd - Publiée dans le premier volume des "Lettres des premiers chartreux" par les Editions du Cerf

Cette page a déjà été visitée 2795 fois.


AUTRES ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE Maître Bruno Bruno en Chartreuse Départ de Bruno

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

06 octobre
Maître Bruno

Alpes
Raymond Bernard : "toute ma vie était pré-ordonnée"
Le Yak du Mont Pélerin

Calabre

Chartreux (Ordre des)
A la Chartreuse de la Verne : rencontre...
Le monachisme Irlandais et Colombanien
Bruno en Chartreuse
Calendrier de la Tradition : Juin !
Des écrits de saint Bruno retrouvés et édités !

Italie
La vie de Saint Colomban
Sainte Claire d’Assise
Louis-Claude de Saint Martin, le Philosophe Inconnu
L’instrument et la mélodie
Souvenirs imaginaires de Gregorio Franchi

Moyen-Age
Brocéliande : quelques liens...
Saint Colomban et la fondation de l’Europe
Echec et Mat ! (1)
Des bateaux par milliers !
La Spiritualité dans les chansons des "Derniers Trouvères"
Décès d’Azalaïs
Templum Aeternum

Prière
La Prière de Jésus ou Prière du coeur
De la Naissance de l’Homme...
Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier
Ô Toi !
"La prière, la vie, la mort"
Une nuit de prière pour les victimes de la torture
"We Are Ocean"

Rome (Italie)
La Saint Jean d’hiver
L’enfance de Thérèse
Saint Blaise et le celtisme
Au Palazzo Grassi, à Venise, découvrez l’exposition "Rome et les barbares".

Silence
Echanges sur "Le Silence"
"Le silence"
Etape 11 : De Gallur par Ribaforada à Tudela
"Entrer dans le silence..."
Bonjour Silence

Solitude
"Nous ne sommes étrangers les uns aux autres qu’en apparence"
Epilogue...
Etape 8 : De Fuente de Ebro à Zaragosa par Burgo de Ebro
Le versant éclairé
Etape 19 : De Redecilla par Belorado à Villafranca Montes de Orca


Il y a actuellement 7 contribution(s) au forum.


Départ de Bruno
14 mars 2008, par isha

Absence, transport de l’âme ? on ne sait pas très bien en lisant ce texte où l’on se situe exactement.
C’est une découverte ! Bruno une Lumière qui surgit des Ténèbres -
Merci - J’étais récemment en Italie pour quelqu’Autre de ces Lumières qui traversent ainsi le Monde - Témoins et Maîtres en même temps. Simone Weil dans ses écrits dit qu’en regardant le Seigneur, Qui on le sait, elle cherchera toute sa vie, elle faisait le "péché de gourmandise" !
On se sent tout proche de ce péché là, lorsqu’on regarde avec les yeux de l’âme ces Etres qui sont venus illuminés notre nuit.
Et puis j’aime bien aussi l’évocation de la "rudesse" du sentier qui cohabite avec l’écho de la foi profonde et lumineuse des contemplatifs. Les Pélerins, les Baladins connaissent bien ces chemins qu’il faut monter pour que petit à petit la lumière de la foi illumine l’âme.



Site : Départ de Bruno

Départ de Bruno
6 octobre 2007, par El peregrino

Découvrir la solitude c’est en même temps l’Aimer et la craindre… L’esprit s’y plonge avec délice et le cœur se libère pour Aimer l’instant … Mais pour tutoyer ces moments numineux reste ces vides que notre animalité doit surmonter… Alors douloureusement il faut s’accrocher…
El peregrino.


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition