De la Naissance de l'Homme au salut des Mages


Douzième jour

A petits pas avec ELLE et LUI
dimanche 6 janvier 2008

par El Peregrino


J’ai peur…

Dame nature est ma dernière maîtresse, elle est la compagne de ma solitude. Après son automne multicolore et l’odeur des sous-bois, ses parures d’hiver deviennent multiples et cristallines. Viendra cette vibration qui surgira à mes pieds, cette terre de printemps source de vie semblant vouloir se donner à la lumière… Comment vivre jusqu’à ma fin cette merveilleuse succession, oui j’ai peur qu’un jour mes complices de toujours soient dans la souffrance et qu’ils ne puissent faire un pas après l’autre pour une démarche vers la beauté…

Pied à pied, cœur à découvert, l’âme papillon,
Le temps s’évanouit pour un cœur en tourbillon.
La nature numineuse est silence et douceur,
Ma belle compagne m’enivre d’effluve et de senteur.
Comme une femme elle marie la force et la faiblesse,
Qui devient sensuelle aux évocations diablesses.
Alors en moi se produit l’instant merveilleux,
Pour le cœur, la raison, un mariage sourcilleux.
Aimer, avec le corps et l’âme comme un enfant,
Equilibre précaire, mais à l’Amour triomphant

A petits pas, pied à pied vers la connaissance, le cœur à découvert, j’ai peur qu’un jour ces pieds se fatiguent, comment garder cette communion entre la terre et le cosmos… ? Marcher c’est tout mon être qui murmure avec LUI avec ELLE…

Pour ajouter un commentaire à cet article

Pour consulter le forum lié à cet article

El Peregrino

- L’image des pieds provient de : http://isabelleguyader.free.fr/.
- Les photos de l’article sont de l’auteur.


Cet article s’inscrit dans le cadre des "Enigmes du Sphinx" présentées du 26 décembre 2007 au 6 janvier 2008.
Pour revenir à la page de L’énigme du Douzième Jour...

Cette page a déjà été visitée 1648 fois.


Jour précédent...

Voir tous les articles

Jour suivant...

D'autres articles du site à consulter sur les thèmes traités ici :

06 janvier
...au salut des Mages !
La galette des rois
La fête de l’Epiphanie
Les Rois Mages
Baptême à Saint-Julien-le-Pauvre

Peur
Méditation marathon (suite et fin)
Blanche de Richemont : la mise en écriture
Djalâl al-Dîn Rûmî
Tours et détours en prélude au Chemin...
"L’homme a d’immenses possibilités inexploitées et des pouvoirs inconnus."
« L’Europe et L’Islam, la liberté ou la peur ? »

Pieds
Apollon et les nymphes
Panchakarma à Kannur
Sous le signe des Poissons : douzième jour
Empreintes dans la pierre
Le bain de pieds au lierre !

Saisons
Le Chiffre Quatre
Il est temps que le pigeon voyageur…
Le Jardin
Courtes journées et longues nuits à Varanasi
Le vieil homme de Notre-Dame

Vibration
"Rien par conséquent n’est inanimé."
La Pierre, mémoire jaillie de la Source
Le Soleil
"Il n’y a pas de séparation entre les plans."
Le menhir dans la forêt


Il y a actuellement 8 contribution(s) au forum.


A petits pas avec ELLE et LUI
9 juin 2015, par El peregrino

Mes amis les Baladins de la Tradition

Ce texte de 2008 déclenche en moi une nostalgie heureuse. J’avais à cette époque " ...la peur qu’un jour mes complices de toujours soient dans la souffrance et qu’ils ne puissent faire un pas après l’autre pour une démarche vers la beauté…"
Curieuse prémonition... ! ! !

Les années ont passé voilà 2O15 mes "complices" doivent faire avec un nouveau compagnon appelé Parkinson devenu un peu encombrant...
Alors mes amis si vous êtes de ceux qui revendiquent la nature comme étant votre meilleure compagne, faite en sorte de la chérir le plus longtemps possible sur les caminos du monde... Au détour d’un chemin vous y trouverez votre plénitude et vous serez plus fort quand il ne vous restera que des souvenirs...
La vie a été belle...


A petits pas avec ELLE et LUI
6 janvier 2008, par Le peregrino

Merci pour vos messages.
Il y a douceur à l’âme quand le cœur se sent entendu…
Cœur à cœur


A petits pas avec ELLE et LUI
6 janvier 2008, par Célestin

Mais ce texte e fait surtout penser au poème de Paul Valéry car Elle c’est certainement la Muse :
"Tes pas, enfants de mon silence,
Saintement, lentement placés,
Vers le lit de ma vigilance
Procèdent muets et glacés.
Personne pure, ombre divine,
Qu’ils sont doux, tes pas retenus !
Dieux ! ...tous les dons que je devine
Viennent à moi sur ces pieds nus !
Si, de tes lèvres avancées,
Tu prépares pour l’apaiser,
A l’habitant de mes pensées
La nourriture d’un baiser,
Ne hâte pas cet acte tendre,
Douceur d’être et de n’être pas,
Car j’ai vécu de vous attendre,
Et mon coeur n’était que vos pas." Charmes 1922


A petits pas avec ELLE et LUI
6 janvier 2008, par Célestin

Je l’ai déjà faite celle là mais je vais refaire. Comme disait Raymond Devos : "Si tous les pieds du monde voulaient bien se donner la main !!!"
Nous finissons cette étude par Hermès et c’est bien normal. Visualisons une belle chaîne d’union de pieds à travers le monde et qu’elle apporte la paix entre les hommes mais aussi cet article est là pour nous le dire, la paix entre l’homme et la nature.Je crois qu’on peut après avoir lu cet article faire un détour profitable par l’Atelier du pied d’Or. Drôle de nom pour un atelier ?
En voilà l’explication :
http://argolance.free.fr/index.htm

Félicitations à notre frère pélerin.


A petits pas avec ELLE et LUI
6 janvier 2008, par Bayazid

N’aie plus peur !

Tes pieds sont dans ta tête Peregrino !

(Et la boucle est bouclée !)

Oui les pieds de celui qui marche sur le Sentier sont dans sa tête ! Car notre corps est comme l’arbre de Vie, comme l’arbre des Séphiroths : le même "sentier" lie Malkouth, la terre, à Kether, la couronne du Seigneur.

Peregrino, tu es cet arbre de Vie, tes pieds -en permanence- te mènent définitivement au Royaume, quoiqu’il arrive.

Il te suffit d’ouvrir la fenêtre (fenêtre réelle ou intérieure) et la splendeur de Royaume s’offre à toi, et tu vis le tendre tête à tête avec l’Unique !

Tu es le pèlerin éternel !


A petits pas avec ELLE et LUI
6 janvier 2008

Ce qui est écrit est très beau ! Autant qu’elle puisse être la maîtresse et la compagne d’une solitude qui alors n’en est plus une, elle est avant tout la "Mère" d’où tout vient et vers qui tout va ! elle est notre point d’équilibre et le miracle d’une communiion avec elle, met à l’abri de toute peur quelle qu’elle soit, car communier avec Mère Nature c’est être les quatre Règnes en même temps - c’est réunir ce qui est épars, c’est peut être au fond devenir le Sphinx en ayant intégré son Enigme.
Vous l’avez compris, la Nature et moi, nous nous AIMONS.
ISHA


Pour ajouter un nouveau commentaire à cet article

 


Accueil - Alphabétiquement vôtre - Sur les Routes - Horizons Traditionnels - Champs du monde - Plan du site
Copyright © 2002/2018 - Les Baladins de la Tradition